Quel sport pour votre enfant ?

Quel sport pour votre enfant ?

Développement musculaire, de l’équilibre, de la confiance en soi, de la persévérance, de la coordination et de la précision des gestes… l’activité physique aide indéniablement à grandir. L’enfant passe par différentes étapes de développement. Quel sport lui proposer pour exploiter au mieux les qualités du moment avec plaisir et sans excès ?

Le sport

Excellent stimulant, le sport est profitable à l’enfant sur les plans physique, intellectuel et social. Mais pour s’épanouir tout en prenant du plaisir, l’apprenti sportif doit avant tout se sentir motivé. Le rôle des parents consiste à l’aiguiller, en respectant ses goûts et ses envies, vers la discipline la plus adaptée à ses capacités (gymnastique ou athlétisme pour les fluets, judo ou rugby pour les plus costauds…) et à sa personnalité. Sport de contact ou de combat pour les timides, tir à l’arc pour les solitaires, équitation, VTT ou canoë pour les amoureux de la nature, rugby, taekwondo, base-ball ou boxe pour les hyperactifs, sports individuels pour les casse-cou… certains testeront plusieurs activités avant de trouver la bonne. Et attention aux fausses bonnes idées ! En orientant un timide vers un sport collectif afin qu’il prenne de l’assurance, le résultat n’est pas garanti. Face au groupe, il est susceptible de se replier davantage. Seule certitude, il n’existe pas un sport complet et idéal pour l’enfant.

L’âge idéal

Certaines activités d’éveil corporel débutent très tôt : " bébé nageur " dès trois mois et baby-sport dès deux ans. Les capacités de coordination et de synchronisation ne sont pas achevées pour une véritable pratique sportive mais le matériel, adapté au petit, lui permet d’exprimer sa motricité tout en jouant.À six ou sept ans, le schéma corporel est en place. L’enfant peut commencer à s’orienter vers un sport de son choix. Il améliorera son équilibre, la coordination de ses mouvements ou son sens de l’orientation. À cet âge-là, mieux vaut privilégier les sports individuels symétriques (gymnastique, natation, ski, danse) puis, dès huit ans, les sports de coordination et d’opposition (tennis, athlétisme, arts martiaux, football, basket, handball).Avant dix ans, l’enfant maîtrise mal la technique. Une pratique simultanée de plusieurs disciplines peut favoriser l’acquisition de gestes variés et complémentaires.À la puberté, les organes des sens et de l’équilibre arrivent à maturité. Les techniques complexes et les sports d’endurance peuvent être abordés. L’équilibre psychique permet une grande capacité de concentration et le goût de la compétition s’affirme. Mais l’adolescence est une période de contradictions, l’âge des doutes pour certains - ils rejettent l’autorité des parents ou des entraîneurs et l’esprit de compétition - et l’âge des performances pour d’autres. 

Bon à savoir…

  • Avant toute inscription dans un club de sport, demandez une séance d’essai gratuite.
  • Renseignez-vous sur le coût de l’activité, de l’équipement et des éventuelles protections nécessaires.
  • Privilégiez le règlement trimestriel, en cas d’abandon
  • Enfin, un certificat médical d’aptitude est obligatoire pour obtenir une licence. Ce certificat de " non contre-indication à la pratique sportive ", délivré après examen complet, est exigé également dans certains clubs d’éveil sportif dès deux ans. 

Sources

Dr Michel Binder, pédiatre, médecin du sport de l’enfant et de l’adolescent à la clinique du sport à Paris.

Auteur(s) :La rédaction harmonie-prevention.fr Mise à jour le Vendredi 03 février 2017