Les épidémies hivernales

Les épidémies hivernales

Le froid n’est pas directement responsable des maladies, mais il peut les favoriser.

Pourquoi sommes-nous plus malades en hiver ?

L’hiver, l’organisme dépense plus d’énergie pour se réchauffer : les vaisseaux sanguins et les muscles se contractent pour limiter les pertes de chaleur. L’air froid et sec irrite les voies respiratoires qui jouent donc moins bien leur rôle de barrière contre les microbes. Et nous avons tendance à consommer moins de fruits et de légumes crus, et manquons parfois de vitamine C, dont on sait qu’elle participe à l’efficacité des défenses immunitaires. Notre organisme est fragilisé et donc plus sensible aux infections.

Par ailleurs, lorsqu’il fait froid, nous avons tendance à rester confinés dans des lieux clos età davantage utiliser notre voiture ou les transports en commun. Or, il suffit qu’une personne tousse ou éternue pour que les microbes se propagent et contaminent plusieurs personnes présentes dans le même espace.

Quelles sont les maladies les plus fréquentes ?

Toute la sphère ORL (nez, gorge et bronches) est fragilisée : rhumes ou rhinopharyngites, angines et maux de gorge, bronchites, bronchiolites et otites plus particulièrement chez les enfants se succèdent durant tout l’hiver. Ces maladies peuvent être provoquées par des bactéries ou plus souvent des virus.

La grippe saisonnière est quant à elle due à des virus, qui survivent mieux dans le froid et l’humidité, c’est pour cela qu’elle sévit surtout en hiver.

Enfin les gastroentérites sont plus fréquentes à la saison froide, car nous restons davantage confinés et négligeons parfois l’hygiène des mains.

Comment se transmettent ces microbes ?

Les virus se transmettent essentiellement par :

  • les postillons, les éternuements ou la toux, ,
  • la salive et les sécrétions nasales présentes sur les mains des personnes infectées,
  • le contact d’objets (jouets, doudous, tétines, poignée de porte, clavier d’ordinateur, etc.) contaminés par une personne malade,

Comment se préparer à l'approche de l'hiver ?

 - Je me fais vacciner contre la grippe : il faut compter environ quinze jours entre la vaccination et le moment où l'organisme est protégé. Mieux vaut donc ne pas attendre les premiers grands froids ou le début de l'épidémie pour se faire vacciner ! Il est toutefois toujours temps de le faire au cours de l’hiver. Et n’oubliez pas qu’il est nécessaire de se faire vacciner chaque année.

Le vaccin est particulièrement recommandé chez les personnes âgées de plus de 65 ans et les femmes enceintes, et pour toute personne, y compris les enfants de plus de 6 mois, souffrant notamment des maladies suivantes : maladies broncho-pulmonaires chroniques (asthme, BPCO, mucoviscidose…), insuffisances respiratoire, cardiaque, rénale ou hépatique sévères, diabète, déficit immunitaire. Elle est aussi fortement recommandée aux personnes séjournant dans un établissement de soins ou médico-social, quel que soit leur âge.

- Je consulte mon médecin traitant : à l'entrée de l'hiver, cela permet de faire le point sur les vaccins, l’alimentation, un éventuel traitement médicamenteux en cours et de prévenir un certain nombre de maux.

J’agis en prévention : selon le niveau de garantie souscrit, certaines mutuelles, dont Harmonie Mutuelle, remboursent des prestations curatives et/ou préventives comme l'ostéopathie, l'acupuncture, la chiropraxie...

 Sources

- « Quelques conseils de prévention pour bien vivre l’hiver » et « Virus saisonniers de l'hiver : comprendre et agir », Santé Publique France
- « La vaccination contre la grippe saisonnière », Assurance Maladie
- Dossier « Bien passer l’hiver » Sciences & Avenir n°828 février 2016

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour jeudi 19 octobre 2017