Les gestes « barrières » à adopter

Les gestes « barrières » à adopter

Pour limiter la diffusion des virus et des bactéries et peut-être éviter de passer plusieurs jours au fond de son lit, voici quelques gestes simples de prévention.

Des mesures d’hygiène essentielles

- Se laver les mains plusieurs fois par jour, avec de l’eau et du savon pendant plus d'une minute, des ongles aux poignets, pour limiter la diffusion des microbes. Ce geste est indispensable après s’être mouché, avoir toussé ou éternué, après être allé aux toilettes, après avoir rendu visite à une personne malade, après chaque sortie à l’extérieur et bien sûr avant de préparer les repas, de les servir ou de les prendre. À défaut, une solution hydro-alcoolique peut être utilisée pour désinfecter les mains, mais il ne faut pas en abuser car un usage trop fréquent fragilise la peau.

- Utiliser des mouchoirs jetables en papier, les jeter dans une poubelle fermée tout de suite après usage et se laver les mains ensuite.

- Se couvrir la bouche lorsque l’on tousse, éternue ou baille (dans sa manche ou dans un mouchoir jetable).

- Si vous êtes malade, éviter de serrer la main, d’embrasser ou de faire la bise, de partager vos effets personnels, éviter aussi les lieux très fréquentés (centres commerciaux, transports en commun…) À défaut, porter un masque chirurgical pour limiter la diffusion des microbes.
 

La vaccination et les traitements médicaux

Pour les personnes fragiles (de plus de 65 ans, enceintes, ou atteintes de certaines maladies), la vaccination antigrippale reste aujourd’hui la meilleure arme contre la grippe, même si elle ne protège pas à 100 %.

Certains médicaments (neuroleptiques, barbituriques, benzodiazépines et apparentés, sédatifs, antihypertenseurs et vasodilatateurs…) ont des répercussions sur la façon dont l’organisme s’adapte au froid, ils peuvent provoquer ou aggraver une hypothermie. En cas de grand froid, et si vous suivez un traitement, il est donc essentiel d’en parler à votre médecin traitant ou à votre pharmacien.

À l’inverse, certains médicaments ou dispositifs médicaux peuvent perdre en efficacité lorsqu’il fait froid : c’est le cas par exemple des bandelettes, solutions de contrôle et lecteurs de glycémie utilisés par les personnes diabétiques, des patchs (contraceptifs, analgésiques ou substitut nicotinique), des médicaments administrés par voie sous-cutanée, et de certains antiépileptiques. N’hésitez pas à demander conseil à votre médecin ou à votre pharmacien.

 Sources

- « Quelques conseils de prévention pour bien vivre l’hiver » et « Virus saisonniers de l'hiver : comprendre et agir », Santé Publique France
- « Bon usage des médicaments en cas d’épisode de grand froid », Agence Nationale de Sécurité du Médicament
- « La vaccination contre la grippe saisonnière », Assurance Maladie
- Dossier « Bien passer l’hiver » Sciences & Avenir n°828 février 2016

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour jeudi 19 octobre 2017