Dans la même thématique

Cholestérol

Cholestérol

Pour réduire les facteurs de risque du cholestérol, rien ne vaut une bonne hygiène de vie et la prépartion de bon petit plat.


Les armes contre l'hypercholestérolémie appartiennent toutes à la panoplie d'une bonne hygiène de vie :

  • Adoptez tout d'abord une alimentation équilibrée – même si l'on suit déjà un traitement médicamenteux contre le cholestérol, restreignez la consommation d'alcool (pas plus d'un verre de vin à table).
  • Astreignez-vous à faire chaque jour au moins 30 minutes d'exercice physique (marche, gymnastique, vélo, natation, etc.) pour perdre des kilos superflus et brûler des graisses.
  • Ne fumez pas.
  • En cas d'antécédents familiaux d'hypercholestérolémie, de maladies cardiovasculaires, si vous souffrez de diabète, d'hypertension artérielle, si vous fumez, etc, une surveillance régulière par votre médecin traitant s'impose.

Parce qu'un traitement médicamenteux « hypolipémiant » est contraignant (il est souvent prescrit à vie), parfois assorti d'effets secondaires (en particulier des douleurs musculaires, avec les statines) et souvent injustifié en première intention, l'Assurance maladie et les autorités sanitaires recommandent donc d'adopter avant tout des mesures hygiéno-diététiques pour faire baisser un taux de "mauvais" cholestérol.

Or, adopter un meilleur comportement alimentaire ne relève absolument pas de la punition et reste conciliable avec les plaisirs de la table, comme le soulignent les médecins spécialistes de l'hypercholestérolémie dans de nombreux ouvrages publiés récemment sur la question. Il s'agit simplement de procéder par étapes et de remplacer certains aliments (en particulier les graisses nocives), par d'autres, comme dans le fameux régime méditerranéen.


Exemples

Outre le beurre, il s'agit d'éliminer ou éviter la consommation de tout aliment riche en graisses saturées, c'est-à-dire issues d'animaux à quatre pattes :

  • fromage (sauf allégé, mais en petite quantité), et laitages ;
  • viandes grasses (comme l'entrecôte, les côtelettes et le rôti de porc) et surtout la charcuterie.

On leur préférera :

  • les produits laitiers allégés ou écrémés,
  • les poissons gras contenant des oméga 3 (maquereau, sardine, saumon, thon, hareng, etc.)
  • les viandes maigres (beefsteak, veau, volaille sans peau, notamment la dinde, ou cheval).

Sont également à éviter :

  • viennoiseries,
  • frites,
  • chips,
  • beignets,
  • biscuits
  • autres plats préparés industriels

qui renferment « des acides gras trans très toxiques pour les artères »,avertit le Dr Eric Ménat, autre spécialiste du cholestérol.


Bien sûr, méfiez-vous des aliments naturellement riches en cholestérol : le jaune d'œuf, les abats (en particulier la cervelle qui en contient 2,1 g/100 g).

En revanche, n'hésitez pas à consommer tous les jours, voire à chaque repas, des aliments à fibres et à « bons » glucides (sucres) :

  • des fruits et légumes (également riches en antioxydants, comme les vitamines E et C, le bêta-carotène, le lycopène, les polyphénols, qui protègent des maladies cardio-vasculaires) ;
  • des légumes secs ;
  • des céréales complètes et des féculents (qui, en quantité raisonnable, rassasient sans faire grossir).

Enfin, pour vous convaincre d'adopter une alimentation anti-cholestérol, souvenez-vous que ce type d'alimentation ne lutte pas seulement contre l'hypercholestérolémie, mais participe aussi entre autres à la prévention du surpoids et  des maladies cardiovasculaires.



Auteur(s): Jacques HUGUENIN, journaliste - Mise à jour jeudi 21 mai 2015

Dans la même thématique