Définition et fonctionnement du sommeil

Définition et fonctionnement du sommeil

Le sommeil est l’élément indispensable à la récupération des forces physiques et psychiques.

 

Les bienfaits du sommeil sont multiples et participent pour beaucoup au bien-être et à l'efficacité.


Il permet une récupération physique, psychologique et intellectuelle, grâce à :

  • la sécrétion de l’hormone de croissance qui facilite le renouvellement cellulaire ;
  • un effet positif sur les activités intellectuelles : attention, mémoire, raisonnement et logique ;
  • la récupération des capacités de résistance à la douleur et au stress.

Stades et cycles du sommeil

L’architecture du sommeil est caractérisée par l'enchaînement de 4 à 6 cycles d'une durée de 90 à 120 minutes chacun. Chaque cycle est composé de plusieurs stades successifs. On les distingue grâce à l’activité électrique du cerveau et des muscles et aux mouvements des yeux.

  • le sommeil lent léger correspond à une première phase d’endormissement (stade 1) suivie d’un sommeil léger (stade 2) ;
  • le sommeil lent profond (stades 3 et 4) permet la récupération physique ;
  • le sommeil paradoxal (SP ou stade 5), est une phase au cours de laquelle le cerveau est hyperactif (activité électrique comparable à l’éveil) alors que l’ensemble du corps est inerte (à l’exception des yeux dont les mouvements rapides sont perceptibles sous les paupières). C’est le sommeil des rêves et de la récupération psychique.

Les 2-3 premiers cycles sont surtout riches en sommeil lent profond et les derniers en sommeil paradoxal et sommeil lent léger.

 

Les synchroniseurs

Le rythme éveil/sommeil est régulé par l’horloge biologique ou horloge interne, située dans le cerveau. Chez l’Homme, cette horloge est réglée sur une durée proche de 24 heures (rythme circadien), ce qui veut dire qu’elle a besoin d’être remise à l’heure quotidiennement.

Cette remise à l’heure (ou synchronisation sur 24 heures) est influencée par deux synchroniseurs :

  • la lumière (alternance jour et nuit) : la lumière du jour est un puissant facteur de synchronisation. En effet, sous l’influence de la lumière, l’horloge biologique va favoriser ou non la sécrétion d’une hormone, la mélatonine, qui donne le signal du sommeil à l’organisme. La mélatonine est ainsi libérée la nuit avec un pic vers 3 heures du matin puis sa sécrétion va progressivement diminuer au profit du cortisol, hormone favorisant l’éveil ;
  • les rythmes sociaux : les différentes activités régulières et sociales (travail, repas, vie familiale, associative, loisirs, etc.), contribuent à synchroniser l’horloge biologique.

Il est démontré que la température corporelle influence aussi les périodes de sommeil et d’éveil. La capacité à dormir est maximale après 22h00 et vers 14h00 car il y a une baisse de la température du corps, d’où l’impression de froid lorsque le besoin de dormir se fait sentir.

L’Homme est donc programmé pour dormir la nuit et en début d’après-midi. C’est pourquoi il y a naturellement une baisse de la vigilance et des performances si l’on est éveillé et en activité pendant ces périodes. 

 

 Sources

- Zoom Prévention " Sommeil et rythmes de vie " - Harmonie Mutuelle

Auteur(s): Clément GILBERT, journaliste - Mise à jour mardi 22 août 2017