L’allergie alimentaire en questions

L’allergie alimentaire en questions

Réaction immunitaire excessive, déclenchée par la consommation de certains aliments, l’allergie alimentaire touche 8 % des enfants et peut se manifester très tôt. À surveiller…

Quels sont les signes ?

L’allergie alimentaire est un mécanisme immunologique. Lors du second contact avec l’aliment incriminé (allergène), l’organisme réagit : eczéma ou dermatite atopique (le plus fréquent chez les jeunes enfants), urticaire, rhinite, signes digestifs (vomissements, diarrhées ou douleurs abdominales), œdème de Quincke (gonflement du visage), asthme, etc.

À qui la faute ?

Les tout-petits sont principalement allergiques au lait de vache, à l’œuf et à l’arachide mais aussi aux poissons, aux crustacés ou aux mollusques, au blé, au kiwi, à la moutarde, etc. Dans la majorité des cas, l’enfant présentant une allergie alimentaire possède au moins un parent (père, mère, frère, sœur) allergique. Dans ces familles à risques, on recommande un lait " HA " (hypoallergénique) pour les bébés.

Que faut-il faire ?

Il faut identifier l’aliment responsable (examen clinique, enquête alimentaire, tests sanguins ou cutanés) auprès d’un médecin allergologue pour pouvoir mettre en place un régime d’éviction, seule solution efficace. Certaines allergies disparaissent avec l’âge.

Quelles précautions prendre ? 

  • Un allaitement maternel exclusif jusqu’à 6 mois.
  • Pas de diversification trop précoce (avant 6 mois) ou rapide (plus d’un aliment par jour).
  • Pas de préparations à base de protéines de soja avant 6 mois.
  • Pas de noix, noisettes, amandes et produits à base d’arachide avant 1 an.

Sources

" Les Allergies de l’enfant, les prévenir et les combattre ", Dr Étienne Bidat et Christelle Loigerot, Éditions Milan, 2003.
" Allergies alimentaires : connaissances, clinique et prévention ", synthèse du Programme national nutrition-santé, 2004.

Auteur(s): Anne-Sophie Prévost - Mise à jour mardi 21 février 2017