Piscines familiales : rien ne remplace la surveillance

Piscines familiales : rien ne remplace la surveillance

Avoir une piscine chez soi, le rve devient ralit pour de plus en plus de familles. Pour quaucun nuage ne vienne assombrir la joie de la baignade, des prcautions simposent en prsence de jeunes enfants. Elles passent par le respect de normes mais aussi par des consignes de scurit

Encore trop d’accidents

C’est un véritable engouement. La France comptait 928 000 piscines familiales en 2003 et 1 600 000 en 2011, ce qui en fait le deuxième pays le plus équipé après les États-Unis. Heureusement, le nombre d’accidents n’a pas suivi la même augmentation. Mais un point d’eau représente toujours un risque de noyade, en particulier pour les jeunes enfants qui ne savent pas nager.  

Une réglementation... et beaucoup de surveillance

Pour réduire le nombre d’accidents, une réglementation a été adoptée. Toutes les piscines privées enterrées, neuves ou pas, doivent être équipées d’un dispositif de sécurité normalisé. Les systèmes sont de quatre types : couverture du bassin, abri de piscine, barrière, alarme sonore.
Mais ces obligations ont leurs limites. D’une part, elles ne s’appliquent pas aux piscines posées sur le sol. D’autre part, on a pu recenser en 2009 que plus de la moitié des piscines enterrées où avait eu lieu un accident possédaient pourtant un dispositif de sécurité déclaré. Reste que l’efficacité de ces dispositifs est aussi liée au fait qu’ils soient activés. Or, par principe, ceux-ci sont désactivés lorsque l’enfant se baigne et n’apportent dans ce cas aucune protection (rappelons que la majorité des noyades ont lieu pendant la baignade).
Aucun dispositif ne remplace donc la nécessité de la surveillance rapprochée des enfants par un adulte.

Le B.A.BA de la sécurité

La première règle est de ne jamais laisser un enfant tout seul au bord de la piscine ou dans l’eau et de toujours garder un œil sur lui. Or, dans un environnement familier, on peut avoir un sentiment de fausse sécurité.
D’autres mesures peuvent éviter le drame :

  • désigner un seul adulte responsable de la surveillance ;
  • équiper son enfant de brassards ou d’un maillot de bain à flotteurs à sa taille dès qu’il est à proximité de la piscine ;
  • avoir à côté de la piscine une perche, une bouée et un téléphone sans fil ;
  • après la baignade, sortir tous les objets flottants (jouets, bouées, ballons…) et remettre en place le dispositif de sécurité ;
  • apprendre à nager à son enfant dès l’âge de 4 ans et lui faire prendre conscience du danger ;
  • se former aux gestes qui sauvent ;
  • stocker les produits de traitement de l’eau hors de portée des enfants.

En cas d’accident

Si malgré tout l’accident survient :

  • sortir l’enfant de l’eau tout de suite ;
  • s’il respire, le coucher sur le côté (position latérale de sécurité) ;
  • s’il ne respire pas, pratiquer les gestes de premiers secours si on les connaît. Le principe consiste à alterner bouche-à-bouche et massage cardiaque ;
  • donner l’alerte le plus rapidement possible, (pompiers : 18 ou Samu : 15 ou n° d’urgence européen : 112).

En savoir plus

Fédération des professionnels de la piscine. www.propiscines.fr
Enquêtes Noyades 2009 et 2012 - InVS (Institut national de veille sanitaire). www.invs.sante.fr

Vidéos

Les accidents domestiques

Les accidents domestiques

Auteur(s): Catherine Viot - Mise à jour mardi 21 fvrier 2017