Mon enfant est né trop tôt

Mon enfant est né trop tôt

Votre enfant est arrivé en avance, il est né prématuré. Cette situation qui bouleverse toute la famille, engendre des inquiétudes, des sentiments complexes et de nombreuses questions.

Apprivoiser cette nouvelle situation

La naissance d’un bébé avant son terme est un évènement qui provoque de nombreux sentiments parfois contradictoires : peur, incompréhension, joie de donner naissance, culpabilité…Le choc, plus ou moins violent, va dépendre du degré de prématurité de votre bébé et de la soudaineté de sa naissance.Si l’accouchement s’est déroulé en urgence, l’équipe médicale n’a pas forcément eu le temps de bien vous informer. Une fois tout danger écarté, n’hésitez pas à leur poser des questions, car il est important de comprendre ce qui est arrivé. Il est aussi important de parler et d’exprimer vos sentiments. Dans certains services, des groupes de paroles sont organisés et des associations proposent un service d’écoute. Pendant l’hospitalisation de votre enfant, vous aurez l’occasion de nouer des liens et d’échanger avec d’autres parents vivant une situation similaire. Par ailleurs, un professionnel (psychologue ou médecin psychiatre) peut vous recevoir à votre demande.Les aînés ont également besoin de savoir pourquoi leur petit frère ou petite sœur ne rentre pas tout de suite à la maison. Des supports existent pour vous aider à leur expliquer. Dès que votre bébé ira mieux, vous pourrez organiser en concertation avec l’équipe soignante une visite de sa fratrie.

Comprendre votre bébé prématuré

Votre bébé est complètement formé mais il est petit et fragile. Ses organes sont immatures et il n’a pas eu le temps de prendre du poids. Il peut donc avoir des difficultés à respirer, à manger et digérer, à réguler sa température et à se défendre contre les infections.

Mais il a aussi de nombreuses capacités ! Dès la 25ème semaine de grossesse, tous ses sens sont opérationnels : il peut sentir vos caresses, votre odeur, entendre et reconnaître votre voix. Après environ 2 mois de vie, il sera capable de vous suivre du regard.Il sait également s’exprimer à sa manière. Quand il se sent bien, il porte ses mains à son visage, à sa bouche, il est capable de soutenir votre regard, il bouge doucement ses bras et ses jambes qui restent bien fléchis. Quand cela ne va pas, il a les sourcils froncés, la bouche crispée, il pleure, gémit, se cambre en arrière, tend ses bras et ses jambes, il baille ou a le hoquet pendant un soin ou un échange.

L’hospitalisation en néonatologie et les soins

Selon le développement de votre enfant, plusieurs appareils vont surveiller son état et l’aider au quotidien : 

  • la couveuse (ou incubateur) le garde au chaud et évite le contact avec les microbes ; 
  • le cardioscope, relié par des électrodes (pastilles posées sur sa poitrine), veille sur son rythme cardiaque ;
  • s’il ne peut pas téter ou boire au biberon, il est nourri par une sonde et si son tube digestif ne digère pas encore le lait, par une perfusion ;
  • une cloche posée au niveau de sa tête ou des petits tuyaux placés sous son nez lui apportent un complément en oxygène s’il en a besoin. S’il a trop de mal à respirer seul, un respirateur va l’aider ;
  • si son foie est immature, votre bébé peut faire une jaunisse ou un ictère. Il sera alors placé sous une lampe bleue.

L’équipe médicale veille à limiter la douleur et l’inconfort de votre bébé :

  • en atténuant au maximum les bruits et la lumière qui le gênent et le fatiguent, 
  • en regroupant ses soins pour éviter de trop le déranger
  • en utilisant les moyens existants pour le soulager pendant les gestes douloureux (appliquer de la crème anesthésiante avant une piqûre, lui faire téter une solution sucrée…).

La plupart des services sont ouverts aux parents 24h sur 24, vous pouvez donc venir quand vous le souhaitez, sans limitation de temps. Parfois, des horaires vous seront conseillés pour que vous puissiez profiter au mieux du temps passé avec votre bébé.Lorsque vous êtes présent, n’hésitez pas à lui parler. S’il ne comprend pas les mots, la musique de votre voix le calme et diminue son stress. Dès qu’il est capable de téter, vous pouvez le nourrir. Si vous vous sentez prêt et avec l’aide de l’équipe soignante, vous pouvez également participer à sa toilette et à ses soins, le porter en peau à peau ou encore le masser pour lui apporter des moments de détente et de bien-être.Quand vous n’êtes pas là, laissez près de lui un foulard ou un doudou avec votre odeur pour le rassurer. Vous pouvez téléphoner dans le service à n’importe quelle heure du jour et de la nuit pour prendre de ses nouvelles.

Pour aller plus loin

Pour vous aider, l’association SPARADRAP a conçu différents supports : 

  • Mon enfant est né trop tôtDes guides illustrés pour découvrir le quotidien d’un enfant prématuré en service de néonatologie, mieux comprendre le comportement de votre bébé, savoir comment le soulager pendant les soins, connaitre la méthode du peau à peau ou encore, pour préparer vos ainés avant la rencontre avec leur petit frère ou petite sœur. 
  • Le dossier complet " Mon enfant est né prématuré " sur le site de l’association.

Sources

Mon enfant est né trop tôtAssociation SPARADRAP, une association pour guider les enfants dans le monde de la santé, www.sparadrap.org
Créée en 1993 par des parents et des professionnels, elle a pour missions de mieux informer et préparer les enfants et leurs parents à un soin, un examen de santé ou une hospitalisation, de favoriser une meilleure prise en charge de la douleur de l’enfant, et de valoriser le rôle des proches lorsque l’enfant est malade ou hospitalisé.

Concrètement, elle crée des guides pratiques illustrés pour informer les enfants et leurs parents, elle forme les professionnels de la santé et de la petite enfance, et elle anime un site Internet avec un espace ludique et pédagogique pour les enfants, des conseils, des témoignages et de nombreuses informations pour les parents et les professionnels.

Vidéos

Que du bonheur... Le peau à peau en néonatalogie et en maternité

Que du bonheur... Le peau à peau en néonatalogie et en maternité

Auteur(s): Association SPARADRAP - Mise à jour jeudi 18 mai 2017