Bientôt propre ?

Bientôt propre ?

Avant 18 mois, l’enfant n’a pas la maturité nécessaire pour être propre. Comment l’accompagner en douceur le moment venu ?

Est-il prêt ?

Pour être propre, l’enfant doit avoir acquis une certaine maturité physique (bonne tonicité des sphincters) et psychologique (savoir reconnaître ses envies et accepter de grandir). En général, les garçons mettent un peu plus de temps que les filles. Dans tous les cas, la motivation est essentielle. Il monte et descend les escaliers seul, sait mettre et enlever sa culotte, comprend le sens des mots " pipi " et " caca ", demande à changer ses couches sales, est capable de suivre des consignes simples ? Lancez-vous !

Des couches au pot !

Évitez les périodes de grand chamboulement (naissance, déménagement, reprise de travail…) pour lui apprendre la propreté. Asseyez-le quelques minutes par jour (5 à 10 maximum) sur le pot. Le bon moment ? Après les repas, son estomac rempli stimulera davantage ses intestins. Restez auprès de lui au début. Lisez-lui une histoire pour passer le temps. S’il refuse catégoriquement de s’asseoir et ne tient pas en place, n’insistez pas et remettez à plus tard. Si l’expérience est concluante, félicitez-le sans en rajouter ! Sinon, laissez-le jouer un peu en culotte, le pot à portée de main. Proposez-lui régulièrement le pot sans sanctionner les accidents. Patience…

Nos astuces

  • Oubliez quelques temps les salopettes, les bretelles et les boutons.
  • Profitez de l’été et des tenues légères.
  • Placez le pot dans un endroit fixe et facile d’accès.
  • Ne le proposez pas trop souvent.
  • Essayez le réducteur à poser sur les toilettes, certains préfèrent.

Sources

" Dolto expliquée aux parents ", Jean-Claude Liaudet, l’Archipel, mai 2008.
" L’apprentissage de la propreté ", Jane Gilbert, Soline, 2004

Auteur(s): Anne-Sophie Prévost - Mise à jour mardi 21 février 2017