Il adore les gros mots

Il adore les gros mots

Votre enfant use et abuse de grossièretés en votre présence ? Faut-il les ignorer, les expliquer ou les sanctionner ? Des conseils avant que leur usage ne devienne systématique.

Premiers gros mots

Dès l’apparition du langage, entre 2 et 3 ans, les premiers jurons se font entendre. Cette période coïncide avec celle de l’acquisition de la propreté. " Caca boudin ", " pipi ", " caca ", " zizi "… font partie de leurs expressions favorites. Ils les prononcent tout simplement pour le plaisir et pour tester les limites imposées par les parents. Par la suite, les mots choisis sont plus grossiers et plus agressifs. Mais l’enfant répète ce qu’il entend à la maison et surtout à l’école. La plupart du temps, il ignore la signification de ses grossièretés. En les énonçant, il se sent plus puissant et utilise le peu d’armes qu’il possède pour braver les interdits. Plus vous accorderez d’importance à ces petites provocations, plus il en abusera. Puis, en grandissant, il va enrichir son vocabulaire, mieux l’utiliser et se censurer de lui-même… à condition que ses parents montrent l’exemple !

Comment réagir ?

  • Expliquez-lui si possible le sens de ses grossièretés.
  • Dites-lui si un mot (blessant ou insultant) vous choque.
  • Déterminez les mots totalement défendus et ceux éventuellement admis.
  • Ne le sanctionnez pas.
  • Apprenez-lui le respect de l’autre.
  • Trouvez ensemble des parades (mots inventés, " zut ", " flûte "…).
  • Dédramatisez et amusez-le avec une boîte à gros mots.
  • Montrez l’exemple en vous excusant pour vos jurons.
  • N’accordez pas aux plus grands ce qui est interdit aux petits.
  • Laissez-le s’exprimer librement en dehors de votre présence.
  • Soyez ferme une fois les interdits posés.

Sources

" Élever bébé - bébé parle ", Christine Schilte et Marcel Rufo, Hachette pratique, 2004.

Auteur(s): Anne-Sophie Prévost - Mise à jour mardi 21 février 2017