2-3 ans : l’âge du "moi tout seul"

2-3 ans : l’âge du

« C’est moi qui fait ! ». Depuis quelques mois, votre enfant n’a plus que cette phrase à la bouche et veut s’habiller tout seul, se laver lui-même… Réjouissez-vous ! C’est une étape normale de son développement, qui survient en général entre l’âge de 2 et 3 ans : il gagne en autonomie et l’affirme haut et fort.

Après l’âge de 2 ans, alors que votre enfant s’exprime de mieux en mieux, le voilà aussi qui veut faire des choses sans votre aide. Cette indépendance croissante est cruciale pour son développement. Elle suit naturellement la phase du miroir et celle du " non ", qui lui ont permis de comprendre et d’affirmer qu’il est une personne à part entière.

Encourager sans perdre patience

  • Dans les tâches du quotidien, comme s’habiller, manger, ranger ses jouets… il est essentiel d’encourager votre enfant à plus d’autonomie. Tout cela est à sa portée, et ne peut que renforcer sa confiance en lui. Éventuellement, guidez-le s’il a besoin d’un petit coup de main au départ, et n’hésitez pas à le féliciter ensuite !
  • Bien souvent, il est tentant de faire à sa place, pour aller plus vite. Si sur le moment, c’est effectivement le cas, gardez en tête qu’à terme, il vaut bien mieux encourager cette prise d’autonomie que la freiner.
  • Soyez patient ! Chaque enfant se développe à son rythme. Certains seront capables rapidement de s’habiller seul alors que d’autres maîtriseront d’abord leurs couverts à table. Et si échec il y a, ne vous précipitez pas pour faire à sa place, prenez le temps de l’aider à maîtriser seul un nouveau geste.

Encadrer sans brimer

Mieux vaut profiter de cette phase d’autonomisation, car c’est le moment où l’enfant est motivé pour apprendre. Si vous continuez de faire à sa place, il sera plus difficile par la suite de lui demander de faire seul, lorsqu’il sera plus grand. L’autre risque, c’est que l’enfant perde confiance en lui, en imaginant ne pas en être capable.Bien sûr, tout n’est pas à sa portée ! A 2-3 ans, pas question de le laisser faire couler son bain ou couper sa viande seul. Lorsque vous faites quelque chose à sa place malgré sa demande, il faut alors prendre le temps de lui expliquer pourquoi, que ce n’est pas pour l’empêcher mais seulement pour sa sécurité.

Sources

Votre enfant en 10 questions : la déclaration d’indépendance, les réponses d’Anne Bacus, psychothérapeute spécialiste de la petite enfance, interview vidéo réalisée par le magazine Psychologies.
Dossier complet sur l’autonomie de l’enfant, sur le site de naitreetgrandir.com, un site de la Fondation québécoise Lucie et André Chagnon qui propose des informations sur l’enfance validées par des professionnels de la santé.

Auteur(s): Émilie Gillet - Mise à jour mardi 21 février 2017