Fièvre

Tous les enfants ont, de temps en temps, la température qui grimpe. C'est un des principaux motifs de consultation médicale et même d'hospitalisation. Souvent sans gravité, cette élévation de la température corporelle peut, cependant, mettre la vie de l'enfant et surtout du nourrisson en danger si elle est négligée.

La température du corps est constante et se maintient à un point d’équilibre se situant autour de 37°C. Dans le cerveau, un centre thermorégulateur agit  comme un thermostat et permet de maintenir cet équilibre. Or, chez le nourrisson, ce système est encore immature.

Qu’est-ce que la fièvre ?

Votre enfant a les yeux brillants, il est rouge, il frissonne, il se plaint d’avoir mal à la tête, il pleure sans raison, il s’agite ou dort trop longtemps, c’est peut-être de la fièvre ou hyperthermie. On considère qu’un enfant a de la fièvre lorsque sa température dépasse 38°C. Généralement, ce n’est qu’au-dessus de 38,5°C qu’on envisage un traitement.L’élévation de température que représente la fièvre est due à une infection bactérienne ou virale car les micro-organismes responsables de la maladie fébrile sécrètent une substance qui l’élève. Ce processus stimule les défenses immunitaires. La fièvre est alors utile. Elle est un moyen de défense de l’organisme contre l’infection.Mais chez l’enfant et surtout le nourrisson, une fièvre élevée peut être dangereuse indépendamment de sa cause. Elle peut provoquer :

  • une déshydratation,
  • des convulsions fébriles,
  • ou si elle est très élevée, une hyperthermie majeure.

Une élévation de la température corporelle est source de perte d’eau par transpiration. Si ce déficit n’est pas compensé par un apport suffisant de boisson, la déshydratation survient. L’enfant est somnolent, son visage est pâle, ses yeux sont cernés ... En quelques heures, l’enfant peut être dans un état alarmant si des mesures ne sont pas prises.  Attention, les grandes poussées fébriles s’accompagnent parfois d’une froideur des extrémités et de certaines zones du corps due à la poussée thermique. Il ne faut donc pas se contenter d’apprécier la fièvre avec la main mais utiliser systématiquement un thermomètre. La prise de la température par voie rectale avec un thermomètre électronique est la plus efficace. Il existe des modèles de thermomètres à embout souple qui permettent de prendre la température de l’enfant sans risquer de lui faire mal.
La température de l’enfant doit être surveillée toutes les 3 à 4 heures, y compris la nuit.
Bon à savoir: la température corporelle dite normale (entre 36,5° et 37,5°C) varie d’une personne à l’autre au cours de la journée, en fonction de l’activité physique et de la température ambiante. Ainsi, la température prise chez un enfant qui s’est beaucoup dépensé peut atteindre 38°C le soir sans qu’il soit malade.

Quand s’inquiéter chez le nourrisson ?

La fièvre peut être un motif de consultation urgente si votre nourrisson :

  • a moins de 3 mois (en raison du risque de développement d’une infection contractée avant sa naissance),
  • présente des troubles respiratoires ou des troubles du comportement,
  • présente une température supérieure à 40,5 °C, après l’âge de 6 mois.

N’hésitez pas à contacter le SAMU (centre 15) si votre enfant :

  • présente des troubles de la conscience,
  • paraît plus "mou" qu’à l’habitude (hypotonie),
  • a les extrémités (doigts, orteils, oreilles, nez) qui virent au bleu (cyanose des extrémités),
  • est recouvert de taches rouges purpuriques (hémorragies) sur le corps.

Pour faire baisser la fièvre

Dans la majorité des cas, la fièvre disparaît sans même qu’il soit nécessaire de donner un médicament pour la faire baisser. Cependant quelques gestes peuvent être réalisés pour la faire baisser :

  • enlever les couches superflues de vêtements (ou de couvertures) de sorte que la chaleur puisse s’évacuer plus facilement du corps de l’enfant (prenez garde à ne pas retirer trop de vêtements au point de provoquer des frissons),
  • réglez la température  ambiante entre 18 et 20°C,
  • faites boire de l’eau fraîche à votre enfant par petites quantités et fréquemment,
  • donnez-lui des antipyrétiques : paracétamol (15 mg par kg toutes les 6h, maximum de 60 mg/kg/j) ou aspirine 10 à 12 mg par kg toutes les 4 à 6 h, maximum de 50 à 60 mg/kg/j),
  • proposez-lui de boire une solution de réhydratation orale (SRO), disponible sans ordonnance, qui lutte contre la déshydratation,
  • il n’est pas recommandé de donner systématiquement un bain tiède (à une température inférieure de 2°C de celle de l’enfant) pour faire baisser la température. Le bain, tout comme l’application d’enveloppements humides ou de poches de glace, n’est guère plus efficace et peut augmenter le " mal-être " de l’enfant.

En revanche, si la fièvre persiste plusieurs jours ou si des signes (enfant abattu, perte de réactivité…) indiquent qu’elle est mal supportée, l’appel à un médecin peut être justifié.

Sources

Dr Daniel Gloaguen, médecin généraliste
Questions/Réponses - Informations sur les traitements de la fièvre chez l’enfant
Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé - 03/06/2008

Auteur(s): Dr Daniel Gloaguen - Mise à jour mardi 21 février 2017