Alcool : les repères d’une consommation maîtrisée

Alcool : les repères d’une consommation maîtrisée

Avec l’âge, les risques liés à l’alcool augmentent. Connaître les repères de consommation et maîtriser les quantités absorbées est donc très important, d’autant plus si l’on prend des médicaments.

Mieux vaut être vigilant quant aux modifications des habitudes, pour prévenir un basculement dans la dépendance à l’alcool.

 

Consommation : les spécificités des seniors

On ne consomme pas de l’alcool de la même façon à tous les âges de la vie. Ainsi lorsqu’on vieillit, les alcoolisations aigues sont plus rares mais la consommation se fait plus fréquente et plus régulière voire quotidienne. Or, ce comportement peut entraîner des risques. Une consommation modérée de vin (un verre par jour), pourrait avoir une action bénéfique contre certaines maladies cardiovasculaires chez les hommes de plus de 50 ans et les femmes ménopausées. Au-delà de cette limite, il a été clairement démontré que la consommation d’alcool,  augmente le risque de nombreux cancers, de maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle, etc.

Avec l’âge, il est conseillé de diminuer sa consommation d’alcool. Pour de nombreuses raisons physiologiques, le vieillissement amplifie les effets de l’alcool sur l’organisme : ainsi pour une même quantité d’alcool ingurgitée, le taux d’alcoolémie est plus important et met plus de temps à diminuer chez un senior.

Si vous prenez un médicament, consultez la notice et/ou demandez conseil à votre médecin ou votre pharmacien avant de consommer de l’alcoolEn cas d’association alcool/médicaments, l’alcool peut en effet modifier, diminuer ou amplifier l’effet d’un médicament, et surtout augmenter l’effet sédatif de certains d’entre eux.

 

Repérer et soigner l’alcoolisme

Concernant l’hyperalcoolisation chez les seniors, on considère que dans deux tiers des cas, elle existait auparavant et persiste avec l’âge. Ce n’est que dans un tiers des cas qu’elle apparaît après 65 ans : elle est alors très souvent liée à des problèmes psychologiques comme la dépression et/ou un sentiment important de solitude. Dans ces circonstances particulières, il est important que l’entourage surveille toute augmentation de la consommation d’alcool chez une personne senior, et puisse agir vite en l’invitant à consulter son médecin traitant par exemple.

En effet, l’alcoolisme est une maladie, dont le traitement nécessite un accompagnement médical et psychologique mais aussi un soutien de l’entourage.

À tout âge, diminuer voire stopper sa consommation d’alcool a des répercussions positives sur la santé. Il n’est jamais trop tard pour arrêter.

 

Sources

  • Association nationale de prévention en alcoologie et addictologie
  • Société Française d’Alcoologie
  • Agence gouvernementale Santé Publique France

Auteur(s): Emilie Gillet - Mise à jour jeudi 07 décembre 2017

Voir aussi

Addict’Aide : un nouveau site dédié aux addictions

Découvrez le site addictaide.fr, dédié aux addictions : alcool, médicaments, jeux d’argent, drogues, etc.

Cet outil qui se veut exhaustif, mutualise les données de 60 acteurs du champ des addictions dont Harmonie Mutuelle. Il propose ainsi l’accès à l'ensemble des outils existants en s’adressant tant aux usagers et à leurs proches qu’aux professionnels.

Vous pourrez y trouver des articles, des dossiers, des vidéos sur les addictions ainsi que des informations sur leur prise en charge.