L’addiction aux jeux

L’addiction aux jeux

De 1 à 2 % de la population française a des problèmes liés aux jeux d’argent : des préjudices individuels, familiaux, sociaux et/ou professionnels, voire une réelle addiction.

Par plusieurs aspects, les seniors sont une population plus à risque. Pour quelles raisons ? Comment prévenir l’addiction aux jeux ? Comment repérer les signes d’alerte ?

 

De quoi parle-t-on ?

Les jeux de hasard et d’argent réunissent 3 conditions :

  • le joueur mise de l’argent (ou un objet de valeur)
  • la mise est irréversible
  • l’issue du jeu repose sur le hasard

En pratique, il s’agit d’une part, des jeux de loterie (grattage et/ou tirage) et des jeux de casino (roulettes, machines à sous…) pour lequel le hasard est total ; et d’autre part des paris sportifs, tels que les courses hippiques, et des jeux de cartes (poker, blackjack…) pour lesquels le hasard influe en partie seulement sur l’issue du jeu.

Depuis quelques années, de tels jeux se développent également sur internet. Parce qu’ils sont accessibles de façon immédiate et permanente et parce qu’ils garantissent l’anonymat du joueur et la dématérialisation de l’argent, le risque de développer une addiction aux jeux est encore plus important.

 

Pourquoi les seniors sont-ils plus à risque ?

D’après une enquête de l’Inserm, les personnes de plus de 60 ans jouent autant aux jeux d’argent et de hasard que les autres catégories d’âges. Cependant, elles sont plus vulnérables, notamment à cause de :

  • la solitude et l’isolement social,
  • des revenus limités,
  • des troubles cognitifs, qui peuvent perturber le jugement quant aux risques encourus.

Par ailleurs, les personnes atteintes de la maladie de Parkinson traitées avec des médicaments de type L-dopa (qui visent à compenser le manque de dopamine dans le cerveau, caractéristique de la maladie) présentent un risque important de développer un comportement addictif, notamment face aux jeux. C’est un effet secondaire du traitement qui doit être surveillé par l’entourage et communiqué au médecin traitant.

 

Comment repérer une addiction aux jeux ?

Un joueur pathologique se définit par :

  • son incapacité à contrôler son comportement vis à vis des jeux d’argent et de hasard : un besoin incontrôlable de jouer, des sommes investies de plus en plus importantes,
  • la poursuite de ce comportement malgré des conséquences négatives : endettement, problèmes familiaux et/ou sociaux, troubles de l’anxiété et du sommeil.

Dans 60 % des cas, ces joueurs présentent en même temps une dépendance au tabac et/ou l’alcool, dont les conséquences sur la santé sont néfastes.

Un joueur en difficulté consulte rarement pour cette raison. C’est en général l’entourage et/ou le médecin traitant qui décèle le problème à cause des troubles associés. Plusieurs types de prises en charge peuvent alors être proposées.

 

Sources

  • Expertise collective de l’Inserm sur les jeux de hasard et d’argent, 2008.
  • Site « La santé pour tous », dossier sur les jeux de hasard et d’argent
  • Observatoire Français des Drogues et des Toxicomanies

 

Auteur(s): Emilie Gillet - Mise à jour jeudi 07 décembre 2017

Voir aussi

Addict’Aide : un nouveau site dédié aux addictions

Découvrez le site addictaide.fr, dédié aux addictions : alcool, médicaments, jeux d’argent, drogues, etc.

Cet outil qui se veut exhaustif, mutualise les données de 60 acteurs du champ des addictions dont Harmonie Mutuelle. Il propose ainsi l’accès à l'ensemble des outils existants en s’adressant tant aux usagers et à leurs proches qu’aux professionnels.

Vous pourrez y trouver des articles, des dossiers, des vidéos sur les addictions ainsi que des informations sur leur prise en charge.

En savoir plus