Mon enfant doit avoir une piqûre

Mon enfant doit avoir une piqûre

Les enfants n’aiment pas les piqûres. Qu’il s’agisse d’un prélèvement ou d’une injection, voici quelques conseils pour préparer et accompagner votre enfant.

Pourquoi les enfants ont-ils peur des piqûres ?

Ils ont surtout peur d’avoir mal et cette peur est justifiée : si rien n’est prévu pour éviter la douleur, la piqûre est douloureuse. De plus, la douleur sera perçue plus intensément s’ils ne maîtrisent pas la situation, s’ils sont contraints ou s’ils ont peur.
Lors d’une prise de sang, la vue du sang peut les impressionner et les jeunes enfants ne comprennent pas forcément que la quantité prélevée est minime.
Certains enfants s’imaginent des seringues sont immenses : dans les dessins, elles sont souvent plus représentées plus grandes qu’eux, avec une aiguille démesurée.  
Enfin, d’autres peuvent croire à une punition, or il est important de ne pas entretenir cette confusion. 

 

Préparer votre enfant

Assurez-vous que votre enfant a compris pourquoi il faut lui faire cette piqûre et comment elle va se passer, même s’il est encore petit. Ne recourez pas à la surprise : lui dire la vérité permet de gagner sa confiance et lui évite d'imaginer des choses encore pires. Répondez à ses questions et laissez-le s’exprimer : le fait d'être écouté sera déjà un réconfort. 
Certains soignants utilisent des peluches ou des poupées pour montrer à l’enfant comment va se dérouler le geste et le mettre en confiance. 
Pour éviter la douleur de certaines piqûres, comme une prise de sang ou la pose d’une perfusion, la crème anesthésiante est très efficace, à condition de la poser 1 heure avant le soin. Si possible, demandez à l’avance une ordonnance à votre médecin.

 

Que faire pendant le soin ?

Votre présence est rassurante et vous serez en général autorisé à rester auprès de votre enfant, dans le cas d’un vaccin chez votre médecin. Par contre, la séparation est parfois encore imposée à l’hôpital ou dans en laboratoire de ville. 
Si votre enfant ne comprend pas ce que les soignants lui disent, aidez-le à s’exprimer. Inutile de nier ses sensations : « mais non, ça ne fait pas mal », « mais non, ça ne fait pas peur ». C’est au contraire important de lui montrer que vous le croyez.
Distraire votre enfant est un moyen non-médicamenteux très efficace : vous pouvez prévoir un jouet, un livre, de chanter ou de parler avec lui pendant le soin, pour détourner son attention du geste. Dans certains cas, le MEOPA, un mélange d’oxygène et de protoxyde d’azote peut être utilisé pour le détendre sans l’endormir.
Il peut arriver que votre enfant pleure ou s’agite, même lorsque tous les moyens ont été mis en œuvre pour l’aider. Si cela est possible, interrompre la piqûre pour le laisser se calmer peut permettre de faire une nouvelle tentative dans de meilleures conditions.

 

Aider votre enfant après la piqûre

Dans tous les cas, et même si cela a été difficile ou que votre enfant a pleuré, vous pouvez le féliciter. Parlez ensemble de ce qui vient de se passer : ce qu’il a compris ou non, ce qui aurait pu l’aider. 
Certains enfants, surtout vers 4 ans, aimeront jouer au docteur ou mimer la piqûre sur une poupée, une peluche ou leur doudou. Vous pouvez mettre à leur disposition une mallette de docteur, leur proposer de dessiner, de jouer…
 

Pour aller plus loin

Pour vous aider, l’association SPARADRAP a conçu différents supports : 

Sources

Association SPARADRAP, une association pour guider les enfants dans le monde de la santé, www.sparadrap.org
Créée en 1993 par des parents et des professionnels, elle a pour missions de mieux informer et préparer les enfants et leurs parents à un soin, un examen de santé ou une hospitalisation, de favoriser une meilleure prise en charge de la douleur de l’enfant, et de valoriser le rôle des proches lorsque l’enfant est malade ou hospitalisé.

Concrètement, elle crée des guides pratiques illustrés pour informer les enfants et leurs parents, elle forme les professionnels de la santé et de la petite enfance, et elle anime un site Internet avec un espace ludique et pédagogique pour les enfants, des conseils, des témoignages et de nombreuses informations pour les parents et les professionnels.

Auteur(s): Association SPARADRAP - Mise à jour lundi 15 mai 2017