Imprimer Envoyer  un ami

L'origine du cancer

L'origine du cancer

Redout, fui ou ignor, le cancer est la pire des maladies pour une majorit des Franais, malgr des dpistages de plus en plus prcoces, des traitements de plus en plus efficaces et des avances scientifiques majeures. Mais au-del de l'aspect mdical, c'est aussi un long combat o le soutien des proches revt une importance considrable.

 

L'origine du cancer

Le cancer est une maladie susceptible de toucher aussi bien un organe qu’un os, le sang, la peau, etc. Il existe ainsi plus de 100 types de cancers différents, dont les plus courants peuvent être regroupés dans quatre grandes catégories en fonction de leur origine :

  • Les carcinomes : ils naissent sur le tissu (interne ou externe) d’un organe ou sur la surface du corps. Ils regroupent les cancers du poumon, du sein, de la peau, du côlon, etc. soit environ 85 % des cancers.

  • Les leucémies : elles affectent les cellules de la moelle osseuse qui produisent les cellules sanguines, c’est pourquoi on parle souvent de cancer du sang.

  • Les lymphomes : ils concernent le système lymphatique, qui joue notamment un rôle dans la défense de l’organisme (système immunitaire).

  • Les sarcomes: ils affectent les tissus conjonctifs ou « de soutien » qui protègent les organes. Ce sont les os, les cartilages, les muscles, les graisses, etc.

Le développement d’un cancer se déroule en quatre temps. Au départ, des cellules normales se divisent plus rapidement que prévu :

  • soit parce que les oncogènes (« régisseurs » de la division et du développement des cellules) sont activés au mauvais moment,
  • soit parce que les gènes suppresseurs de tumeurs chargés de stopper le processus de division n’entrent pas en action.

Cela entraîne donc une augmentation anormale du nombre total de cellules, c’est l’hyperplasie à laquelle succède la dysplasie, c’est-à-dire la déformation  des cellules « en trop ». Celles-ci forment une masse nommée « tumeur primitive » qui va écraser les cellules normales et les envahir : c’est l’invasion.

Dans le dernier stade de développement, les cellules cancéreuses trouvent se propagent dans d’autres parties du corps où elles recommencent à se diviser pour envahir leurs nouvelles voisines : c’est la métastase. La maladie ne passe pas forcément par tous ces stades car tout dépend des caractéristiques de la tumeur et du moment où elle est détectée et prise en charge.


Les facteurs de risque

Difficile de répondre clairement à la question de la cause d’un cancer car il n’y en pas de réellement identifiée, seuls restent les facteurs de risque. Parmi ceux-ci, l’hérédité est souvent citée mais elle ne représente en réalité que 10 % des cancers.

Plus qu’une histoire de gènes héréditaires, le cancer est généralement la conséquence de mutations génétiques qui peuvent découler de nombreux facteurs :

  • Le tabagisme : on pense bien évidemment au cancer du poumon mais il peut aussi augmenter le risque de cancer de la bouche, du larynx, de l’œsophage, de la vessie ou encore du col de l’utérus.
  • Les substances chimiques : colorants industriels, amiante, plomb, asbestos, benzène sont autant de facteurs de risque.
  • Le rayonnement ionisant : on sait qu’il existe un lien mais on ignore encore à partir de quelle dose le rayonnement exerce une influence.
  • Les virus : le virus de l’immunodéficience humaine (VIH, responsable du sida) affaiblit  les défenses immunitaires et peut augmenter le risque de lymphome, de sarcome ou de cancer du foie. Le papillomavirus ou l’herpès de type 2 (herpès génital) sont aussi associés au cancer du col de l’utérus.
  • Le soleil : une trop grande exposition aux rayons solaires peut entraîner des cancers de la peau : carcinome ou, plus rarement, mélanome.

Parmi ces facteurs de risque, beaucoup sont évitables ou contrôlables. Les campagnes de prévention du risque solaire, des infections sexuellement transmissibles, du tabagisme ou de la pollution intérieure vont dans ce sens, de même que l’interdiction de l’amiante par exemple. On estime ainsi qu’avec :

  • la suppression du tabac,
  • une consommation d’alcool modérée,
  • une bonne protection contre les rayons solaires,
  • une alimentation variée et équilibrée,
  • une activité physique régulière,

on peut réduire d’environ 50 % le risque de cancer.

Malheureusement, cela ne suffit pas toujours, c’est là qu’intervient le dépistage.

 Sources

- Ligue contre le cancer, guides
- Institut National du Cancer (INCa), rapport La situation du cancer en France en 2009
- Ressources du Programme « SOR SAVOIR PATIENT » mené par l’Institut National du Cancer en partenariat avec de nombreuses sociétés savantes
- Institut National de Prévention et d'Éducation pour la Santé (INPES), Baromètre cancer 2005

Auteur(s): Clment GILBERT, journaliste - Mise à jour mercredi 16 aot 2017