Les régimes crudivoriste, paléolithique et les diètes détox

Alimentation exclusivement crue, qui exclue certains aliments ou diètes... Faites le point !

Le régime crudivoriste

Le crudivorisme préconise la consommation d’aliments, majoritairement ou entièrement, crus. S’il y a cuisson, c’est à moins de 40° C. Les aliments consommés sont de préférence biologiques et alcalinisants (c’est-à-dire les moins acides possibles pour l’organisme). Ils n’ont subi aucune transformation hormis la fermentation ou la germination. Généralement, ce régime exclut la consommation d’aliments issus du monde animal (comme le régime végétalien) mais certains s’accordent de la viande crue et du poisson cru.

Et pour la santé ?
Le régime crudivoriste peut entraîner des carences en vitamine B12 et en zinc. Des apports trop faibles en calcium et en vitamine D entraînent une faible densité osseuse.
On a souvent constaté des taux trop bas de « bon » cholestérol (HDL).


Le régime paléolithique

Le régime paléolithique supprime deux grands groupes d’aliments : les produits laitiers et les féculents (dont le pain). Il fait ainsi partie des régimes faibles en sucre (glucides). Sont également supprimés les produits transformés ou en conserve, les viandes grasses, les aliments salés, le sucre et les boissons gazeuses.

Les aliments consommés sont les viandes maigres, la volaille, les poissons et fruits de mer, les oeufs, les fruits et les légumes, toutes les noix et les graines (graines de tournesol, amandes…). Une à trois fois par semaine, le régime autorise un repas où l’on peut consommer les aliments « interdits ».

Et pour la santé ?
Le régime paléolithique est déséquilibré : trop de protéines, aucun glucide complexe (« sucres lents »), trop de lipides (graisses) et pauvre en calcium. Monotone, restrictif, il peut induire un effet yo-yo. Des excès peuvent être difficiles à gérer lors des repas "relâche".


Les diètes détox

Les diètes détox se présentent sous différentes formes : sur une durée variable de 1 à 7 jours, elles se résument à la consommation exclusive de fruits et de légumes, de jus et de smoothies, ou encore à une alimentation de type végétarienne. Certaines préconisent la consommation de thé vert, de petits fruits et de légumes et d’herbes aromatiques de couleur verte. Il est conseillé de boire au minimum 1,5 litre d’eau par jour.
D’autres préconisent également de boire le matin, à jeun, de l’eau avec du citron fraîchement pressé. Elles suppriment la consommation d’alcool, de café, de tabac, de sucres raffinés (c’est-à-dire ayant subi un traitement qui réduit les qualités nutritionnelles), de matières grasses, de viande rouge, de produits transformés et même quelquefois de produits laitiers.

Et pour la santé ?
Pour réduire la consommation de tabac, d’alcool, de sucres raffinés, de viande rouge et de caféine, un régime détox n’est pas nécessaire. C’est simplement une démarche qui vise à une meilleure hygiène de vie.  Il faut noter que ce régime induit des carences puisque seul le groupe des fruits et légumes est conservé.

L’alimentation est donc extrêmement pauvre en lipides, en protéines et en glucides complexes (« sucres lents »). Ces carences fatiguent l’organisme : les faibles apports en protéines entraînent une fonte musculaire qui, certes, déclenche une perte de poids mais c’est une perte de masse maigre, et non de masse grasse.

Enfin, là aussi, ce régime peut induire l’effet yo-yo suite à une perte de poids trop brusque, et il peut occasionner une baisse de moral.


Sources

Livre "La santé dans votre assiette" - Collection En Harmonie - Harmonie Mutuelle - Editions Somogy - Septembre 2016.

Auteur(s): La rédaction de Harmonie-prevention.fr - Mise à jour jeudi 01 mars 2018