Les cyberdépendances

Les cyberdépendances

Que ce soit dans le cadre professionnel ou privé, Internet est devenu un outil quotidien pour grand nombre de personnes qui l’utilisent pour s’informer, communiquer, se distraire…

Les cyberdépendances

L'accès immédiat et illimité à Internet, l’anonymat d’utilisation et toutes  les possibilités offertes par cet outil peuvent dans certains cas induire une dépendance.

Internet est ainsi le support privilégié de plusieurs formes d’addictions comportementales surtout dans trois domaines :  

  • les jeux en ligne ;  
  • la communication en ligne, dont les « chats » ;  
  • les sites de sexe et pornographie.

La cyberdépendance s’installe dès que l’individu veut mais ne peut pas diminuer sa pratique. Cela se manifeste par une perte de contrôle, avec des répercussions négatives sur les relations sociales, les loisirs et les performances scolaires et professionnelles. La santé physique peut aussi être touchée avec des défauts de posture, une alimentation déstructurée, des maux de tête, des problèmes de vue et des altérations de la qualité du sommeil.


Internet vecteur d’autres addictions

La dépendance à Internet peut faciliter et entretenir d’autres conduites addictives :

  • La dépendance au travail (workaholisme) : cette addiction amène la personne à ne penser qu’au travail qui devient obsessionnel même pendant les vacances et les week-ends par le biais du travail sur ordinateur et sur smartphone. Le dépendant au travail est dans un processus de toujours  en faire plus, ce qui peut l’entraîner à sacrifier  son alimentation, son sommeil, son entourage  et ses loisirs. Il se met ainsi dans une situation de stress,  surmenage, épuisement professionnel entraînant irritabilité, pression voire harcèlement professionnel pour ses collègues.
     
  • L’achat compulsif : ce comportement permanent ou intermittent, est caractérisé par une irrésistible envie d’acheter. L’individu ressent une tension avant le comportement d’achat qui disparaît  dès les achats réalisés. Internet offre une grande facilité pour effectuer des achats en direct.
     
  • Les addictions sexuelles : ces comportements sexuels compulsifs et l’hypersexualité sont  des troubles caractérisés par un désordre du contrôle des impulsions. Pour le cybernaute présentant un comportement de ce type, l’univers sans barrière et sans limite d’Internet lui offre le choix  et la possibilité d’accéder librement à ses pulsions  et à ses fantasmes les plus intimes.

 

Les enfants et les adolescents particulièrement touchés

Si tous les internautes sont concernés par  la prévention des cyberaddictions, les enfants  et les adolescents ont particulièrement besoin  d’un accompagnement pour une utilisation  adaptée de l’outil.

Quelques règles peuvent faciliter cet usage :

  • Contrôlez le temps que passe votre enfant/adolescent sur les écrans  connectés à Internet. Convenez ensemble  d’un temps d’utilisation hebdomadaire.  
  • Gardez une approche positive en évitant les termes tels que dépendance ou addiction. Préférez les termes de responsabilité, arrangement.
  • Proposez-lui d’autres formes d’activités, de loisirs, dans l’optique de privilégier  le partage d’expériences bien réelles  et non pas seulement virtuelles.
  • N’hésitez pas à installer le contrôle parental sur l’ordinateur ainsi  qu’un limiteur de temps de connexion.  
  • Placez l’ordinateur dans une pièce à vivre et privilégiez une utilisation d’Internet pour accompagner et compléter les apprentissages scolaires.

Sources

Guide "Nouveaux modes d'addiction sans produit" - Harmonie Mutuelle

Auteur(s): La rédaction de Harmonie-prevention.fr - Mise à jour mercredi 11 avril 2018

Voir aussi

Découvrez le portail www.addictaide.fr, dédié aux addictions : alcool, drogues, cannabis, médicaments, jeux d’argent...

En savoir plus

Bon à savoir

Au-delà des risques de dépendance liés à l’utilisation d’Internet, d’autres risques, notamment pour les enfants et les adolescents, peuvent en découler, comme par exemple la violation des limites dans les domaines du sexe et de la violence.