Sans stress au volant

Sans stress au volant

Le stress perturbe les capacités d’attention et de vigilance que demande la conduite. Suivez nos conseils pour réduire le stress quand vous prenez la route.

Préparer son déplacement

La course contre la montre apporte du stress. Les limitations de vitesse sont alors moins respectées.
Le stress fatigue et la fatigue réduit la vigilance : donc le stress réduit la vigilance.

Nos conseils

  • À chaque déplacement, préparez la mission pour réduire le stress et organisez en amont : l’itinéraire envisagé, le(s) lieu(x) de pause, les horaires des rendez-vous, etc. et n’oubliez pas de vous informer sur le trafic routier et les prévisions de la météo : s’il pleut ou s’il neige, la durée du trajet peut augmenter.
  • Programmez le GPS avant le départ et pas sur la route : vous restez ainsi concentré sur la conduite.
  • Envisagez d’autres moyens de transport.
  • Assurez-vous de l’entretien du véhicule.

Limiter sa vitesse

Les limitations de vitesse sont instaurées à partir d’observations des lois physiques et des situations réelles. Elles sont donc des conseils de vitesse à ne pas dépasser pour préserver sa sécurité et celles de tous les usagers.
La vitesse crée des accidents car la distance de freinage est plus longue. La vitesse aggrave les accidents car le choc est plus violent.

Concrètement, lorsque l’on conduit vite :

  • le champ visuel se réduit : à 130 km/h, la vision est limitée à 30° ;
  • la fatigue et le stress augmentent : le conducteur doit analyser un grand nombre d’information dans un temps plus court et adapter sa vision en permanence. Cette concentration fatigue, et la fatigue réduit la vigilance.

Nos conseils :  des règles à suivre pour votre sécurité

  • Suivez les limitations de vitesse indiquées et adaptez votre vitesse : selon les conditions météorologiques, l’état de la chaussée, l’état de votre véhicule et son chargement, etc.
  • N’oubliez plus les distances de sécurité entre les véhicules. Plus la vitesse est grande, plus la distance nécessaire au freinage sera grande. Sur la route, laissez au moins 2 secondes entre vous et le véhicule qui précède. Sur autoroute, maintenez une distance au moins égale à deux lignes blanches de la bande d’arrêt d’urgence.
  • Soyez encore plus attentif la nuit. Quand la vision est réduite, allongez les distances de sécurité.

L’illusion du gain de temps (ou la fausse bonne idée)

Sur un trajet de 200 km, vous gagnez 6 minutes en roulant à 140 km/h au lieu de 130 km.

Mais vous augmentez grandement votre risque d’accidents et votre consommation de carburant.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Écoconduite

L’écoconduite préconise, entre autre, de réduire la vitesse pour réduire les dépenses de carburant et limiter les émissions de gaz CO2. Un conseil supplémentaire de sécurité routière !

Nos conseils : des gestes faciles à adopter

  • Une conduite souple : anticipez au maximum (les feux tricolores par exemple) pour ralentir la voiture avec le frein moteur (plus économique que le freinage) ; roulez sur le rapport le plus élevé possible.
  • Des pneus bien gonflés : vérifiez tous les deux mois la pression des pneus de votre véhicule. Quand les pneus sont sous gonflés, la consommation de carburant est plus importante.
  • Un moteur entretenu : un moteur mal entretenu peut augmenter la consommation de carburant jusqu’à 25 %.
  • Une vitesse régulée : en passant de 130 km/h à 120 km/h, la consommation de carburant baisse. Pensez au régulateur de vitesse.
  • La climatisation uniquement en cas de grosses chaleurs car elle est gourmande en énergie.
  • Après usage, ôtez les galeries et les barres de toit pour limiter les dépenses inutiles d’énergie…

La courtoisie au volant

Être courtois, c’est respecter la sécurité et les autres usagers de la route : automobilistes, motards, cyclistes, piétons.

En pratique :

  • Je garde mon calme. Quelle que soit la situation (embouteillage, déviation, travaux…), la route est partagée, c’est un espace commun. En restant maîtrede soi et de son véhicule, on reste calme, sans stress.
  • Je tiens la voie de droite sur l’autoroute. Les voies de gauche servent uniquement à doubler.
  • Je veille aux distances entre les véhicules. Vous optimisez votre sécurité avec des distances nécessaires à un freinage inattendu. Et « être collé » au véhicule que l’on suit peut perturber le conducteur.
  • Je respecte les passages pour piétons, les trottoirs, les espaces et les places réservés (issues de secours pour pompiers, places pour les personnes handicapées) pour la sécurité de tous.
    Par exemple : en stationnant sur un trottoir, même quelques minutes, votre voiture oblige un cycliste à se déporter, et il se met en danger.

 

 Sources

  • Extrait du Guide "Sur la route, je suis vigilant" - Harmonie Mutuelle
  • Institut national de recherche et de sécurité - www.inrs.fr
  • La Sécurité routière - www.securite-routiere.gouv.fr

Auteur(s): La rédaction de Harmonie-prevention.fr - Mise à jour jeudi 02 mai 2019

Voir aussi

Le saviez-vous ?

Une baisse de 1 % de la vitesse moyenne fait baisser mécaniquement de 4 % le taux d'accidents mortels.

En savoir plus

Une pause optimisée

Après deux heures de conduite, une pause d’au moins 15 minutes s’impose. Une occasion de mettre son corps en mouvement, faire quelques étirements, ou des exercices de respiration. La respiration abdominale offre une meilleure oxygénation, permet de se calmer et détend les muscles.

Voici comment faire :

  • Asseyez-vous confortablement.
  • Au début, posez une main sur votre poitrine et l’autre sur votre ventre. Ce ne sera plus nécessaire lorsque vous maîtriserez l’exercice.
  • Inspirez par le nez. La main sur votre ventre doit monter (votre ventre se gonfle) alors que celle sur votre poitrine bouge à peine.
  • Expirez par la bouche jusqu’à la contraction des muscles de votre ceinture abdominale. Concentrez-vous sur votre respiration. L’expiration doit être plus lente que l’inspiration.