Les polluants de l’air intérieur

Les polluants de l’air intérieur

L'air que l'on respire au quotidien dans notre logement peut etre pollué, malsain, bien qu'on en sente ni voit son aspect, la pollution de notre air est bien réelle.

Le tabac et le monoxyde de carbone

Le tabac est le premier polluant de l’air intérieur, pour le fumeur comme pour son entourage. Il est responsable de cancers du poumon, maladies cardio-vasculaires, asthme, allergies, etc. Ouvrir la fenêtre pour écarter les risques n’est pas suffisant car les rideaux, les tapis, la moquette absorbent les composants de la fumée qui sont ainsi encore émis une fois la fenêtre fermée.

Le monoxyde de carbone est un gaz inodore, incolore, non irritant, toxique et mortel qui est généré suite à une mauvaise combustion d’un appareil fonctionnant au gaz, au bois, au charbon, au fuel ou à l’éthanol : appareil de chauffage, de production d’eau chaude, de cuisson (cuisinière, poêle)… La cheminée classique et les appareils de chauffage mobile à combustible sont à l’origine de la plupart des accidents qui peuvent être dus :

  • à un mauvais entretien,
  • à une aération insuffisante du logement,
  • à une évacuation déficiente des fumées,
  • à une utilisation inadéquate des appareils.

L’exposition au monoxyde de carbone est à l’origine d’irritations des muqueuses et peut provoquer des allergies, une gêne respiratoire, des cancers du rhinopharynx ou des leucémies, voire un décès en cas d’expositions longues et prolongées.

 

Les moisissures et les acariens 

Trop d’humidité ou de chaleur dans un logement favorisent la prolifération d’acariens (animaux microscopiques de la famille des araignées qui provoquent des problèmes respiratoires ou des troubles oculaires chez les personnes sensibles), de moisissures (champignons microscopiques) et de cafards (blattes).

Les moisissures sont souvent dues à un excès d’humidité qui peut provenir :

  • d’un dégât des eaux,
  • d’infiltrations d’eau,
  • d’une fuite,
  • de ponts thermiques, c’est-à-dire une variation importante de température entre deux zones (entre la cave et l’ensemble de la maison) ou aux activités produisant beaucoup d’humidité comme la douche, la cuisine, le séchage du linge.

Les acariens adorent s’installer dans la literie, les moquettes, les tapis, les tissus d’ameublement. Mais ils peuvent également provenir des animaux, de leur salive ou de leurs poils.

 

Les composés organiques volatils et les produits pour la maison

Les composés organiques volatils (COV) sont des produits toxiques qui s’évaporent dans l’air à température ambiante. Certains ont une forte odeur (peintures, laques, etc.) mais d’autres sont totalement inodores (mobiliers, produits de nettoyage ou d’hygiène, cosmétiques, etc.). Leurs effets sur la santé sont réels : irritations, nausées, maux de tête, troubles du système respiratoire. Certains COV sont classés comme cancérigènes, d’autres cancérigènes probables. Dans cette longue liste, on trouve le benzène, le styrène, le toluène, le formaldéhyde, les éthers de glycol

Les produits pour la maison sont censés assainir notre environnement mais ils figurent pourtant parmi les plus grands pollueurs de l’air intérieur et contiennent parfois des substances très toxiques.

Au banc des accusés, on trouve surtout les antimites, les antiparasitaires, les insecticides et les produits d’entretien du bois, qui contiennent :

  • des pyréthrinoïdes de synthèse (dont la perméthrine et la tétraméthrine, présentes dans les insecticides chimiques et souvent nocives par inhalation et irritantes),
  • du dichlorvos (un insecticide toxique par contact, ingestion et encore plus par inhalation),
  • du propoxur (un antiparasitaire),
  • du fipronil (un insecticide),
  • de l’imidaclopride (présent dans les insecticides et toxique par inhalation, contact avec la peau et ingestion).

On trouve également les parfums d’intérieur, les bâtons d’encens, les bougies parfumées. Un bon nombre d’entre eux dégagent des substances toxiques. Au danger dû aux substances contenues dans ces produits s’ajoute celui de l’exposition prolongée. En effet, un diffuseur électrique fonctionne de manière continue et un spray ou un aérosol disperse des substances qui vont alors imprégner les rideaux, les tapis, la moquette...

 

 Sources

- Observatoire de la qualité de l'air intérieur (OQUAI)

- Dépliant « La qualité de l’air de votre logement » - Harmonie Mutuelle

- Guide « Bien chez soi : des gestes simples pour un environnement sain ».

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour mercredi 19 août 2015