Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Qu’est-ce que la maladie d’Alzheimer ?

Quels sont les signes d’alerte ? Comment la maladie évolue-t-elle ? Quelle est la prise en charge ?

 

La maladie d’Alzheimer détruit les cellules nerveuses. Au début, les confusions de mots et les pertes de mémoire sont les plus communément repérées. Les fonctions cognitives (l’attention, la perception, la mémoire, l’intelligence, le langage, etc.) se détériorent progressivement et les troubles du comportement (du repli au mutisme total en passant par de l’agitation et de l’agressivité) apparaissent insidieusement. 

 

 

 

Quels sont les signes d’alerte ?

Bien qu’elle soit souvent associée à une perte de mémoire – c’est en effet la première faculté altérée –, il existe en réalité de nombreux symptômes dont la connaissance permet de mieux comprendre et accompagner le malade :

  • difficultés à exécuter les tâches familières,
  • problèmes de langage,
  • désorientation dans l’espace et dans le temps (peine à retrouver ses affaires),
  • jugement affaibli,
  • difficultés face aux notions abstraites, objets égarés, changements de comportement (agressivité, agitation),
  • manque d’enthousiasme (pour ses activités préférées), etc.  

Si vous reconnaissez l’un ou plusieurs de ces signes, il est recommandé de prendre rendez-vous pour une « consultation mémoire » en centre hospitalier ou consultez votre médecin. Il vous orientera vers un gériatre ou un neurologue.
 

Une évolution lente et progressive…

L’origine de cette maladie reste inexpliquée mais il existe des facteurs de risque : 

  • l’âge (une personne sur quatre touchée après 85 ans),
  • les antécédents familiaux (risque multiplié par trois avec un parent atteint),
  • le sexe (deux fois plus de femmes),
  • un terrain vasculaire (une hypertension non soignée multiplie les risques par six), etc. 

Aujourd’hui, seulement 50% des patients atteints par la maladie d'Alzheimer sont repérés par le système de santé. Beaucoup vivent également dans le déni. Il ne faut pas attendre pour faire établir un diagnostic. Les tests de mémoire et les investigations médicales (analyse de sang, scanner, IRM) permettent de déterminer le stade d’évolution de la maladie.
 

Quelle prise en charge ?

Les traitements actuels ne stoppent pas le développement des lésions cérébrales mais ralentissent l’évolution des troubles intellectuels, apaisent ceux du comportement et améliorent grandement le confort de vie des malades et de leurs proches. La grande majorité des personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer restent à leur domicile, entrant en institution lorsque les tâches du quotidien deviennent trop lourdes à assumer pour l’entourage. Les associations peuvent être d’une aide précieuse : organisation de groupes de parole et de formations pour les aidants, informations sur les structures existantes (services d’aide à domicile, accueils de jour ou temporaires) ou pour les formalités administratives, etc. La maladie d’Alzheimer figure désormais dans la liste des affections longue durée (ALD), ce qui signifie une prise en charge à 100 %.  

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour vendredi 24 août 2018