Qu'est-ce que l'ostéoporose ?

L’ostéoporose est une maladie osseuse silencieuse et fréquente, surtout chez les femmes. Elle est caractérisée par une diminution de la densité calcique des os du squelette et par une modification de leur architecture interne qui les rend moins résistants. Cette fragilité osseuse est responsable de fractures.

Évolution de la masse osseuse

L’os est un tissu en perpétuelle reconstitution. Les ostéoblastes contribuent à la formation du tissu osseux, ou ostéoformation, et les ostéoclastes à leur destruction, ou résorption.

Pendant l’enfance et l’adolescence, la masse osseuse augmente rapidement, jusqu’à atteindre un pic. Ce pic est en partie déterminé génétiquement mais aussi influencé par la nutrition et l’activité physique. À l’âge adulte, la masse osseuse constituée reste stable, l’activité des ostéoblastes et ostéoclastes s’équilibrant. En pré-ménopause, la résorption osseuse devient supérieure à la formation osseuse.

Il s’agit d’un phénomène naturel non pathologique lié au vieillissement du squelette. Chez certains, cette diminution de la masse osseuse est sans conséquence mais chez d’autres, une ostéoporose peut se constituer, notamment chez ceux dont la masse osseuse maximale était faible ou qui présentent des facteurs de risque.

Les différents types d’ostéoporose

  • L’ostéoporose post-ménopausique : elle survient chez la femme dans les 5 à 15 ans suivant le début de la ménopause. Elle s’explique par la chute du taux d’œstrogènes, qui, en favorisant l’ostéoformation et en diminuant la résorption osseuse, protège le tissu osseux.
  • L’ostéoporose sénile : elle survient chez l’homme ou chez la femme après 70 ans.
  • L’ostéoporose secondaire, induite par : 
    - des affections endocriniennes (notamment l’hyperthyroïdie) ; 
    - des maladies inflammatoires du squelette (polyarthrite rhumatoïde, ou spondylarthrite) ou du tube digestif (maladie de Crohn, rectocolite hémorragique) ; 
    - certaines pathologies nécessitant un traitement prolongé à base de corticoïdes (asthme, allergies sévères, maladie de Horton, broncho-pneumopathies chroniques obstructives, connectivites et autres maladies inflammatoires) ; 
    - des traitements anti-hormonaux privant de toute hormone sexuelle les femmes ayant un cancer du sein ou les hommes ayant un cancer de la prostate.

 Sources

- Le Groupe de Recherche et d'Informations sur les Ostéoporoses (GRIO)

Auteur(s): Martine PICHOT, chargée de prévention - Mise à jour lundi 30 septembre 2013