Médicaments, savoir lire une notice

On a pour habitude de prendre des médicaments régulièrement, cette prise n’est pas à prendre à la légère, et bien connaitre leur effets est indispensable.

Les informations essentielles sur un médicament sont généralement contenues dans la notice qui lui est jointe.

Usage

Cette information est importante, notamment dans le cadre de l’automédication, car elle permet d’utiliser le médicament à bon escient et d'éviter les erreurs. Un exemple bien connu : la prise d’antibiotiques (conservés suite à une prescription antérieure) en cas de grippe. En effet, les antibiotiques combattent les bactéries, ils sont donc inutiles sur la grippe, qui est un virus. Ce mésusage risque en plus de favoriser la sélection de germes résistants aux antibiotiques, et donc de rendre plus difficile la guérison lors d’une infection bactérienne.

 

 

Posologie

Chaque médicament est efficace pour une certaine dose, et potentiellement néfaste lorsque celle-ci est dépassée. Certains sont à prendre au cours d’un repas, pour faciliter leur diffusion ou limiter les effets secondaires comme le mal de ventre. Toutes ces indications sont à prendre en compte pour une efficacité optimale du remède.

 

Contre-indications

 

Les caractéristiques d’un médicament peuvent conduire à le déconseiller à certaines personnes. Le paracétamol est par exemple contre-indiqué aux patients souffrant d’une maladie grave du foie, l’aspirine déconseillée aux femmes enceintes, etc

 

Effets indésirables

 

Ce sont des effets secondaires néfastes et non souhaités provoqués par l’administration d’un traitement. Un médicament sans effets indésirables n’existe pas mais ceux-ci peuvent être plus ou moins forts et graves, d’où l’utilité de la balance bénéfice/risque. Ils sont toujours mentionnés dans une notice : cela peut notamment vous permettre de repérer leur apparition et donc de réagir au plus tôt.

 

Interactions médicamenteuses

 

On emploie ce terme lorsque la prise de plusieurs médicaments, en même temps ou à la suite, peut modifier l’action des principes actifs qu’ils contiennent, ce qui peut avoir de graves conséquences. Exemple : l’association d’un anti-inflammatoire non stéroïdien (aspirine, ibuprofène par exemple) et d’un anticoagulant oral peut augmenter le risque hémorragique de l’anticoagulant. La prise en compte des interactions médicamenteuses est donc primordiale, c’est pourquoi vous devez toujours signaler à votre médecin les médicaments que vous prenez déjà. De même, si vous pratiquez l’automédication, n’hésitez pas à demander conseil à votre pharmacien à ce sujet. Tout professionnel de santé a accès à un guide des interactions médicamenteuses éditée par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ex AFSSAPS), le Thésaurus (ansm.sante.fr/Dossiers-thematiques/Interactions-medicamenteuses/Interactions-medicamenteuses/(offset)/0).

 

Les autres informations

 

La notice vous apprend également comment conserver votre médicament. Elle indique en outre son principe actif et ses excipients, ce qui peut avoir son importance lorsqu’on est allergique à l’un de ces composants.

 

 

 Sources

- AFSSAPS, Le médicament, Memento 2010
- AFSSAPS, site web (ansm.sante.fr depuis 2012)
- TNS-Sofres – Questions d’actualité du 20 janvier 2011
- 60 millions de consommateurs, Le bon usage du médicament, juin-juillet-août 2007
- Chaîne Harmonie Mutuelle - www.youtube.com

Auteur(s): Clément GILBERT, journaliste - Mise à jour mardi 18 juillet 2017