Nutrition, manger écolo


L’écologie s’affirme de plus en plus dans les débats politiques et sociétaux à travers de nombreux thèmes :

  • tri des déchets,
  • réduction des gaz à effet de serre,
  • énergies renouvelables,
  • transports verts.

Mais le volet nutrition est souvent négligé.


À portée de main

Local et de saison sont deux notions indissociables en écologie de la nutrition. Local, car un aliment qui a traversé mers, terres et cieux pour arriver dans notre assiette s’avère généralement plus gourmand en énergie et plus polluant qu’un autre cultivé près de chez soi. Mais pour un produit local mais hors saison, le constat peut s’inverser car une culture sous serre chauffée consomme souvent plus d’énergie qu’un long transport. La solution la plus simple est donc de ne consommer que des aliments de saison cultivés localement, ce qui implique notamment de réviser le calendrier des saisons que la mondialisation nous fait parfois oublier. D’autant plus qu’un produit hors saison, local ou non, coûte souvent beaucoup plus cher qu’un autre. Un fruit en mars ? Vous avez le choix entre :

  • une banane,
  • des fraises,
  • des cerises,
  • une pomme,
  • une prune,
  • une poire.

Pour les légumes, c’est encore mieux :

  • de la betterave,
  • à la carotte,
  • du poireau,
  • à l'artichaut,
  • en passant par les épinards et l’asperge.

Si vous avez un coin de verdure, pourquoi ne pas vous constituer un petit potager, certaines cultures poussent très facilement, même avec un jardinier débutant.


Au naturel

Le respect de ces deux premiers principes va dans le sens d’une autre règle, à savoir manger des aliments peu ou pas transformés. Exit donc les procédés de fabrication industriels qui dénaturent parfois le produit et s’avèrent toujours coûteux en énergie et polluants. Si vous le pouvez, prenez le temps de cuisiner, simplement et sans vous sentir obligé d’imiter les recettes à la mode vues dans des émissions de cuisine. Lors de vos courses, privilégiez autant que possible les aliments issus de l’agriculture biologique, plus respectueux de la planète. Si certains se rapprochent des prix du marché, beaucoup restent cependant 30 à 50 % plus chers en moyenne que les produits conventionnels. Une enquête réalisée en 2010 par l’organisme de défense des consommateurs "UFC Que choisir" l’explique en partie par un rendement agricole plus faible contraignant les producteurs à augmenter leur prix, mais également par des critères de la politique agricole commune qui privilégient le rendement, et la marge excessive que s’octroient les distributeurs (parfois doublée par rapport aux produits "conventionnels").


Emballants sans emballage

Près d’un tiers des déchets que chacun d’entre nous produit par an est constitué d’emballages de produits alimentaires. Ce qui n’est pas étonnant lorsqu’il existe par exemple des gâteaux en sachet individuel regroupés par six dans une boîte de douze. Préférez donc les produits vendus en vrac, de plus en plus fréquents même en grandes surfaces, et les grands conditionnements, surtout si vous consommez la majeure partie du produit en une fois. Prêtez également attention au type d’emballage, certains se recyclent plus facilement que d’autres, voire se réutilisent. N’hésitez pas à consommer de l’eau du robinet, en laissant reposer un peu au frais dans un pichet afin de faire disparaître le goût de chlore. Contrairement à ce qu’ont pu prétendre certains industriels de l’eau minérale, sa teneur en nitrates et en pesticides est étroitement surveillée. Enfin, faites la chasse au gâchis : restes de repas exclus, 8 % de nos déchets sont des aliments. Sachez que certains aliments peuvent être consommés sans danger une fois la date limite dépassée, d’où la "Date limite d’utilisation optimale", différente de la "Date de durabilité minimale". 


Domptez le carnivore en vous

Un Français consomme en moyenne 100 kg de viande par an, soit environ 300 g par jour. Ce chiffre, bien que dans la moyenne européenne et en baisse continue depuis 2002, reste deux à trois fois plus élevé que la portion journalière recommandée. Or l’espace requis pour la production de protéine animale est dix fois supérieur à celui nécessaire pour la production de protéine végétale. 40 % de la production mondiale sert donc aujourd’hui à nourrir du bétail. Vous ne vous sentez pas encore prêt à devenir végétarien ? Commencez par limiter votre consommation de viande. Remplacez au moins une fois par semaine votre portion de protéine animale par un mélange de céréales et de légumineuses : vous réduirez déjà sensiblement votre empreinte écologique. On l’oublie souvent mais les protéines, dont notre corps a bien entendu besoin, ne se résument pas au poisson, à la viande et à l’œuf. Les produits laitiers en contiennent, fromages en tête, de même que

  • les oléagineux (amandes, pistaches, cacahuète, arachides, noix de cajou),
  • les graines (de tournesol, de sésame),
  • les crustacés,
  • les céréales,
  • les légumineuses (pois chiche, haricots, lentilles).

Pour connaître la composition nutritionnelle de vos aliments, consultez la table Ciqual.


Des choix à faire

Certains principes de l’écologie de la nutrition sont assez simples à suivre mais il est parfois difficile de les appliquer tous, et surtout en même temps. Il nous faudra parfois choisir entre un aliment bio issu du commerce équitable mais importé et un autre non bio, non issu du commerce équitable mais produit localement. Entre un produit bio emballé et un produit non bio non emballé. Sans compter que certains produits ne laissent pas le choix, comme certains fruits qui ne sont pas cultivés en France par exemple. Il s’agit donc avant tout d’intégrer les principes de l’écologie de la nutrition et d’essayer de les appliquer au mieux. Après tout, ne dit-on pas que les petits ruisseaux font les grandes rivières ?



Auteur(s): Clément GILBERT, journaliste - Mise à jour vendredi 16 septembre 2016