Qu’est-ce que la presbyacousie ?

Qu’est-ce que la presbyacousie ?

La presbyacousie est une baisse progressive de l’audition. Elle est liée au vieillissement et débute après 50 ans. Un dépistage précoce permet d’adapter des prothèses auditives, mieux tolérées par les personnes jeunes.

Quelques chiffres :

  • 9 % de la population sont atteints de déficiences auditives ;
  • 20 % des malentendants seulement sont équipés d'aides auditives ;
  • la presbyacousie est la première cause de surdité chez l'homme.

La presbyacousie est liée au vieillissement

Une diminution de la qualité de l’audition s’installe progressivement à partir de 50 ans. Appelée presbyacousie, elle est particulièrement ressentie dans le bruit, notamment lors de conversations à plusieurs. Elle est souvent associée à des acouphènes (bruits anormaux ou bourdonnements entendus uniquement par la personne) et des sensations de vertiges. Une enquête Sofres réalisée pour France Presbyacousie en 2006 montrait que 26 % des plus de 60 ans déclarent souffrir de problèmes d'audition. 57 % n'ont jamais contrôler leur audition. Par ailleurs, 20 % seulement des personnes malentendantes seraient aujourd'hui équipées d'aides auditives adaptées.

Agir précocement

Tous les spécialistes s'accordent pourtant à reconnaître que le dépistage doit être le plus précoce possible. D’une part, la correction de la perte de l’audition transforme la vie du malentendant et le sort de l’isolement. D’autre part, l’appareillage est mieux toléré chez les personnes jeunes, les personnes âgées ayant besoin d’un temps plus long d’adaptation. Enfin, il a constaté par de nombreux médecins que les porteurs de prothèses finissent par entendre mieux même sans leur appareil. Pourquoi ? Des études sont en cours pour résoudre ce mystère.
 

 

 Sources

- Impact Médecin, Avoir l’audiogramme facile pour toutes les tranches d’âge, mai 2001
- Le quotidien du médecin, Le CNRS développe la recherche sur les problèmes auditifs, janvier 2001
- Association France Presbyacousie, dossier de presse du 3 février 2009

 

Auteur(s): Emmanuelle BILLON-BERNHEIM, journaliste - Mise à jour lundi 24 avril 2017