Incontinence urinaire

Incontinence urinaire

Le plus souvent li l'age ou une grossesse, l'incontinence urinaire peut dranger. Que faire ? Quelles sont les solutions ?

En France, 3 à 3,5 millions de personnes sont victimes d'une incontinence urinaire dont 70 % de femmes. Une sur dix, tous âges confondus, subit une gêne considérable qui altère sa qualité de vie. Pourtant, peu d'entre elles ont déjà consulté.

Qu'est-ce que l'incontinence urinaire ?

L'incontinence urinaire est une perte involontaire d'urine, objectivement démontrable et constituant un problème social ou hygiénique. Mais attention, il existe plusieurs formes d'incontinence. L'incontinence urinaire d'effort touche principalement les femmes autour de l'accouchement ou de la ménopause. Tousser, rire, courir, éternuer, sauter… c'est alors la fuite assurée. A contrario, chez les plus âgés, c'est l'incontinence par impériosité qui prédomine. Elle est due à des contractions involontaires du muscle lisse, le détrusor, constituant l'essentiel de la paroi de la vessie, qui surviennent pendant la phase de remplissage de cette dernière. Ces contractions provoquent une envie impérieuse et fréquente d'uriner. Il existe aussi des incontinences urinaires mixtes, associant incontinence urinaire d'effort et par impériosité.

Les approches thérapeutiques

On dispose désormais de molécules qui agissent au niveau du système nerveux ou de traitements hormonaux pour la femme ménopausée qui améliorent l'élasticité des tissus, leur vascularisation et leur tonus. Toutefois, l'incontinence d'effort ne relève pas d'un traitement médicamenteux et la rééducation uro-gynécologique ne permet pas de traiter les femmes dont l'incontinence est sévère.

Chirurgie réparatrice de l'incontinence

Une chirurgie réparatrice de l'incontinence féminine d'effort, nommée TVT (tension free vaginal tape), existe. Réalisée par voie intra-vaginale, cette opération s'effectue sous simple anesthésie locale ou locorégionale : il s'agit donc d'une chirurgie réparatrice très peu invasive. Elle est réservée aux femmes qui souffrent d'une incontinence urinaire d'effort, quels que soient leur âge et leur poids. L'intervention dure en moyenne une trentaine de minutes. La personne est hospitalisée 24 à 48 heures. En France, les résultats les plus récents indiquent 90 à 96 % de guérisons complètes. Et les complications sont extrêmement rares.

 Sources

- Jean-Pierre Guignard, Incontinences, assurer soins et confort, Collection Guide pratique, Éditions Hospitalières
- Pr Richard Villet, chirurgien-gynécologue à l'hôpital des Diaconesses à Paris, premier praticien français à avoir réalisé l'intervention TVT

En savoir plus