Obésité, la gastroplastie dans la balance

Efficace dans le traitement de l’obésité, la gastroplastie par anneau intragastrique n’est pas pour autant la panacée. Entre avantages et inconvénients, le point sur ce traitement chirurgical qui consiste à mettre en place un anneau ajustable autour de l’estomac.

Très efficace, la chirurgie de l'obésité, ou chirurgie bariatrique, connaît un succès grandissant. Pour autant, elle ne s'adresse en priorité qu'aux personnes qui présentent une obésité importante retentissant sur leur santé. La voie chirurgicale ne doit être envisagée qu’après une prise en charge médicale qui peut comporter :

  • une reprise de l'activité physique ;
  • la mise en place d'un régime alimentaire ;
  • la prise d'un médicament ;
  • le traitement des éventuelles complications.

En d'autres termes, souffrir de quelques kilos superflus n'est pas suffisant pour prétendre à ce type de chirurgie qui n'est pas sans risque.

Un bilan pré-opératoire indispensable

Le choix de la technique chirurgicale revient au chirurgien qui doit évaluer le rapport bénéfice-risque de la technique employée. Un bilan endoscopique visant à montrer l'état de l'œsophage et de l'estomac peut être nécessaire.
Enfin, si la chirurgie par anneau ajustable permet de perdre en partie l'excès de poids, elle ne résout pas le trouble alimentaire responsable de l'obésité. Ce trouble pousse parfois les patients opérés à contourner la solution chirurgicale (par exemple, en mangeant autant qu’avant l’opération mais en petites quantités tout au long de la journée), d'où une stabilité du poids. Il est donc important de connaître les raisons liées à ces troubles alimentaires afin d’en envisager un traitement adapté, qui n’est pas forcément toujours (ou uniquement) chirurgical.

La gastroplastie n’est pas pour tout le monde

Cette méthode qui consiste à diminuer la taille de l’estomac grâce à un anneau ajustable placé sur sa partie supérieure, est exclusivement réservée aux personnes souffrant d’une obésité dite morbide. Elle est donc indiquée, et prise en charge par l'Assurance maladie, si l’indice de masse corporelle (IMC) de la personne obèse est supérieur à 40, ou à 35 si elle souffre de gros problèmes cardiaques, d’hypertension artérielle sévère, de diabète difficile à traiter… Cependant, cette intervention n’est efficace que chez les obèses qui mangent d’énormes quantités de nourriture au cours des repas. Elle présente un intérêt moindre pour les personnes qui grignotent toute la journée des aliments très riches comme le chocolat, sans pour autant manger en quantité importante.

Différentes techniques existent

Plusieurs techniques de gastroplastie sont au goût du jour : agrafage d’une partie de l’estomac et cerclage de sa partie haute par un anneau Toutes visent à réduire le volume de l’estomac pour moins manger. Mais ces interventions ne sont jamais anodines. La plus courante reste néanmoins la pose de l’anneau intragastrique. L’estomac se trouve alors divisé en deux parties reliées par un petit orifice, créé par l’anneau, dont le diamètre est ajusté lors de l’intervention chirurgicale. Les aliments passent ainsi lentement de la poche supérieure à la poche inférieure, et la sensation de satiété dure plus longtemps. Cette opération n’exige aucune incision, agrafage ou traumatisme de l’estomac. Généralement, elle permet de perdre de nombreux kilos (environ 25% de son poids initial dans l'année qui suit – source additionnelle) à condition d’avoir parallèlement une alimentation équilibrée. La personne opérée ne peut plus dévorer de trop grandes quantités de nourriture. Enfin, signalons qu'elle peut s'effectuer par cœlioscopie.

Quels sont les risques ?

Comme toute opération chirurgicale, la gastroplastie n’est pas anodine. Outre les accidents lors de l’acte opératoire lui-même et notamment à l’anesthésie, les personnes opérées peuvent ensuite souffrir de douleurs, de carences, de vomissements répétés et persistants, de dénutrition, de troubles nerveux ou de la conduite alimentaire, d’anémie… raisons pour lesquelles la décision d’opérer doit être précisément évaluée et prise par une équipe pluridisciplinaire : chirurgien, gastro-entérologue, psychiatre, nutritionniste ou diététicien…Restent les risques de glissement de l'anneau ou de migration dans l'estomac. L'anneau peut être retiré à tout moment en cas de problème.

Rond(e)… ou obèse ?

Les médecins définissent le surpoids par rapport à l’IMC. Pour le calculer, il suffit de diviser son poids par le carré de sa taille.
Exemple : pour une taille de 1,80 m et un poids de 70 kg, l’IMC est d’environ 21,6 (70/[1,8 x 1,8]).

État IMC
Normal 18,5 à 24,9
Surpoids 25 à 29,9
Obésité modérée 30 à 34,9
Obésité sévère 25 à 39,9
Obésité morbide À partir de 40

Attention : ces valeurs ne sont pas valables chez le sportif à très forte masse musculaire, l’enfant et la personne âgée de plus de 70 ans.

 Sources

- Dossier de presse, Anneau gastrique, laboratoires Mc Ghan et Bioenterics
- Documentation du Groupe de Réflexion sur l’Obésité et le Surpoids (Gros) au 49 rue Lamartine, 78000 Versailles

Auteur(s): Ghislaine TRABACCHI, journaliste - Mise à jour lundi 30 septembre 2013