Alimentation des seniors

Alimentation des seniors

Une bonne nutrition et une bonne hydratation permettent de ralentir le vieillissement naturel, amliorent la qualit de vie et rduisent lincidence de certaines maladies lies lge.

L’idée reçue, « moins manger quand on est vieux est normal ! » est à combattre. Selon l’OMS, les besoins énergétiques des personnes âgées sont au moins équivalents à ceux de l’adulte jeune : 1800 à 1900 kcal/jour pour les femmes, 2000 à 2100 kcal/jour pour les hommes. Ils peuvent augmenter de manière importante en cas de maladie ou de suractivité. Une restriction calorique inférieure à 1500 kcal/jour, si elle n’est pas compensée peut être dangereuse pour la santé des plus âgés. C’est la variété de nos aliments qui contribue à entretenir l’appétit et garantit un bon équilibre nutritionnel, donc un fonctionnement optimal de notre corps.
Pour l’équilibre nutritionnel comme pour le plaisir de manger, il faut donc puiser tous les jours dans les grandes familles d’aliments et prendre ses trois repas par jour plus une à deux collations.

Les grandes familles d’aliments

  • produits laitiers, c’est du calcium pour protéger les os : à tous les repas ;
  • viandes, poissons, œufs : à chacun son tour, 1 à 2 fois par jour ;
  • fruits et légumes : au moins 5 par jour ;
  • féculents : une fois par jour et du pain à chaque repas ;
  • matières grasses : plutôt végétales ;
  • et un peu de produits sucrés : pour le plaisir.

Prévenir la déshydratation

Une fois déshydratée, la personne âgée récupère plus lentement qu’une personne plus jeune. Et tant que la déshydratation reste modérée, les signes sont peu tangibles. Même en hiver, faites attention lorsqu’un grand-parent change de caractère ou réagit moins. Il peut être tout simplement déshydraté.

« Les mécanismes du vieillissement des cellules, particulièrement celles du cerveau, déclenchent plus tardivement le signal de la soif chez les personnes âgées. Ainsi, certaines d’entre elles n’éprouvent le besoin de se désaltérer qu’une fois sur la pente dangereuse de la déshydratation. La personne âgée a donc besoin d’un apport en liquides tout aussi important qu’une personne jeune. Et plus elle est impotente ou fragile, plus les risques de déshydratation sont réels », explique le professeur François Blanchard, gériatre. Un litre et demi de liquide par jour est conseillé pour les aînés s’alimentant de façon équilibrée. Cette quantité doit rester constante, en hiver comme en été, et cela est d’autant plus vrai que les personnes âgées ont tendance à augmenter le chauffage de leur appartement dès qu’il fait un peu frisquet dehors. À bannir donc les atmosphères surchauffées, au profit d’un air ventilé, quitte à ouvrir grand les fenêtres !

Les autres causes de déshydratation

Une personne âgée malmenée par la fièvre, des épisodes de diarrhées ou de vomissements, « subit une sudation (transpiration) et des pertes digestives conséquentes qui doivent absolument être compensées, sinon la personne s’enfonce dans une forme de torpeur, puis dans le coma dans les formes les plus graves de déshydratation », précise le professeur Blanchard. Elle doit donc faire l’objet d’une surveillance accrue afin qu’elle boive davantage qu’à son habitude. L’hospitalisation peut être nécessaire pour réhydrater la personne âgée à l’aide d’une perfusion et rechercher les causes de la déshydratation (comme la prise de diurétiques ou de laxatifs). Il arrive malheureusement que la personne âgée soit contrainte malgré elle de limiter sa ration de liquides. « Ne pas pouvoir attraper son verre de jus d’orange parce que la préhension des objets est difficile peut être lourd de conséquences », souligne le professeur Blanchard. L’entourage, en présence d’une personne dépendante ou ayant de graves difficultés d’expression, doit être à l’écoute de ses besoins et s’informer des aides techniques pouvant améliorer son environnement. Mais que faire lorsqu’un grand-parent souffrant d’incontinence urinaire a peur d’avaler la moindre soupe ? Pour ces personnes à risque et toutes celles qui sont seules ou éloignées de leur famille, les conseils et le suivi régulier d’un médecin traitant sont indispensables.

Donner envie de boire

Si la personne âgée ne songe pas à boire, il faut exciter son envie par des boissons qui lui font plaisir. Il ne faut surtout pas la forcer, mais lui proposer des rations en petites quantités tout au long de la journée. Privilégiez les boissons riches en calcium et en vitamines : lait et jus de fruits. Pensez aux sirops qui donnent de la couleur, aux boissons chaudes, au potage… Et en cas de difficultés pour avaler les liquides, l’eau gélifiée peut être une bonne alternative. Si la personne est souvent alitée, handicapée physique ou très inactive, ses besoins ne sont pas pour autant diminués.
Il faut compter deux litres et demi d’eau par jour : 1 litre étant amené par les aliments solides.

 

 Sources

 

- Monique Férry, gériatre, nutritionniste au CHG de Valence
- Agnès Saraux, gériatre, Mes parents vieillissent - Comment les aider à bien vieillir , Éditions Bonneton
- Pr François Blanchard, chef du service de gériatrie du CHU de Reims

- Chaîne Harmonie Mutuelle - www.youtube.com

 

 

 

 

Auteur(s): Marie CLAINCHARD et Mylne LE PEUTREC, journalistes - Mise à jour vendredi 21 avril 2017