L'équilibre alimentaire... au fil des quatre saisons

L'équilibre alimentaire... au fil des quatre saisons

Aujourd’hui, la grande distribution nous propose aussi bien des fraises en hiver que du potiron en été. Alors, les grands principes alimentaires d’antan ont-ils vraiment encore un sens ? Faut-il manger plus en hiver ? Nos conseils pour une alimentation équilibrée tout au long de l’année.

 

À chaque saison ses plaisirs

Dès les premiers beaux jours, les légumes et fruits frais du printemps font enfin leur apparition. C’est le moment de craquer et de croquer les premières fraises et les premières asperges, sans oublier tous les autres légumes nouveaux (petits pois, carottes, oignons, pommes de terre…) qui égaient nos assiettes. Avec le retour de la chaleur et l’été qui regorge de légumes (tomates, courgettes, aubergines, poivrons…) et de fruits du soleil (melons, pêches, abricots…), il faut continuer à faire le plein de vitamines. L’alimentation se fait naturellement plus légère (grillades, salades, barbecue…) jusqu’à l’automne qui commence avec ses poires et ses grappes de raisin, très riches en vitamines et divers oligo-éléments qui vous aideront à mieux passer l’hiver. C’est à cette saison que l’on peut profiter du potimarron, ce légume de la famille des cucurbitacées, remis au goût du jour et qui déborde de vitamines et de carotène. Avec le retour de l’hiver, la boucle est bouclée… et la pleine forme assurée !  

Gare à la dépression saisonnière !

Dès que les jours raccourcissent, certaines personnes victimes de la dépression saisonnière ont tendance à manger plus et à voir les kilos s’accumuler. Jusqu’au printemps, leur alimentation s’enrichit de produits gras et sucrés et de féculents. À ce trouble s’ajoutent de la tristesse, des idées noires et une hypersomnie. Cette maladie liée au manque de lumière fait désormais l’objet d’un traitement spécifique par photothérapie. Dès les premiers symptômes, il faut consulter pour bénéficier de ce traitement efficace.

Pas d’excès en hiver !

Avec les premiers frimas, on se prend à rêver de choucroute, de bourguignon, de pot-au-feu, de blanquette de veau. De là à déduire que nos besoins énergétiques sont accrus en hiver… il n’y a qu’un pas ! Mais, à l’inverse de nos ancêtres, nous sommes de plus en plus sédentaires et nous vivons et travaillons pour la plupart d’entre nous à l’intérieur, dans des locaux chauffés. Cet excès de calories hivernales ne se justifie donc pas. À cette saison, il faut manger varié et équilibré en privilégiant les légumes (carottes, navets, betteraves, rutabagas, potiron, poireaux, choux…), les fruits de saison (pommes, clémentines, oranges…), les légumes secs (lentilles, haricots, pois…) et les céréales. Les légumes racines, comme les carottes et les navets, nécessitant des cuissons longues, peuvent être cuisinés en soupes et autres plats mijotés comme le pot-au-feu. Les plats d’hiver sont souvent plus riches que ceux d’été, il faut donc adapter ses rations pour que nos apports alimentaires ne dépassent pas nos besoins... sous peine de kilos en trop !

 

 

 

 

Auteur(s): Ghislaine TRABACCHI, journaliste - Mise à jour jeudi 03 août 2017