L’évaluation de la dépendance

L’évaluation de la dépendance

On entend par « perte d’autonomie » le fait d’avoir besoin de l’aide d’une tierce personne pour accomplir les gestes essentiels de la vie quotidienne comme se déplacer, s’habiller, se laver, se nourrir.

Les critères d’évaluation de la dépendance

C’est à l’aide d’une grille nationale d’évaluation, la grille Aggir (Autonomie gérontologique groupe iso-ressources), que le degré de perte d’autonomie physique et psychique est évalué.

L'évaluation se fait suivant 17 critères (ou variables), qui servent à déterminer le niveau de dépendance de la personne. En fonction des résultats de son évaluation, la personne est classée dans l’un des 6 groupes définissant son niveau de dépendance et donc les aides auxquelles elle peut prétendre. Ces niveaux sont répartis en 6 groupes, dits "iso-ressources" (Gir).

Seules les 10 variables suivantes, qui se rapportent à la perte d'autonomie physique et psychique et qui sont dites « discriminantes », sont utilisées pour le calcul du Gir :

  • cohérence, 
  • orientation,
  • toilette,
  • habillage, 
  • alimentation, 
  • élimination, 
  • transferts (se lever, se coucher, s'asseoir), 
  • déplacement à l'intérieur, 
  • déplacement à l'extérieur, 
  • communication à distance (téléphone, alarme, sonnette...).

D'autres variables illustratives, au nombre de 7, sont également utilisées. Elles n'entrent pas dans le calcul du Gir, mais apportent des informations pour l'élaboration du plan d'aide de la personne. Il s’agit de :

  • la gestion de son budget et de ses biens,
  • la cuisine,
  • le ménage,
  • l’utilisation des transports, 
  • les achats, 
  • le suivi d'un traitement médical, 
  • les activités de temps libre.

Chacune des 17 variables est cotée en A (actes accomplis seul spontanément, totalement et correctement), B (actes partiellement accomplis) ou C (actes non réalisés).

Même si l’évaluation du niveau de dépendance est satisfaisante, il est important d’agir tôt afin de prévenir d’autres complications qui seront plus difficiles à gérer en situation de crise. Des solutions souples et progressives sont à privilégier. Votre médecin traitant ainsi que votre mutuelle ont aussi un rôle déterminant pour vous conseiller et vous orienter.

 Sources

- Guide Santé & bien-être - Demain s'invente aujourd'hui... - Harmonie Mutuelle - 2013

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour mercredi 26 avril 2017