Attention aux piqûres d'insectes

Attention aux piqûres d'insectes

En été, les moments passés à l'extérieur s'accompagnent d'un risque de piqûres de guêpes, abeilles et frelons…. Bénignes dans la très grande majorité des cas, ces piqûres peuvent aussi parfois être à l'origine de réactions allergiques chez certaines personnes. 

Comment se protéger des piqûres ?

  • ne vous promenez pas pieds nus dans l'herbe ;
  • évitez parfums, laques et crèmes qui sont susceptibles d'attirer guêpes et abeilles ; 
  • choisissez des vêtements aux couleurs claires. Évitez les couleurs trop lumineuses pouvant ressembler à celles des fleurs ; 
  • ne faites pas la sieste sous un arbre fruitier ; 
  • ne laissez pas traîner de fruits et mets sucrés ; 
  • si un insecte tourne autour de vous, restez calme. Évitez les gestes brusques et repoussez-le doucement.

Si les répulsifs sont efficaces contre les taons, les aoûtats et même les tiques, ils n'ont aucun effet contre les guêpes, abeilles et frelons. Ces insectes sont appâtés par les goûts sucrés et ne deviennent agressifs que lorsqu'ils se sentent menacés.
 

Bon à savoir

Si vous décidez de vous offrir un déjeuner sur l’herbe, attention aux aoûtats et tiques :

  • évitez de vous installer à même le sol et emportez une couverture ou une chaise de camping ; 
  • porter des vêtements longs peut constituer une première protection contre ces acariens.

Que faire en cas de piqûre ?

En cas de piqûre d’abeille, retirez rapidement le dard avec une pince à épiler, préalablement désinfectée. Il suffit d'une minute pour que tout le venin compris dans la vésicule se vide. Guêpes et frelons ont un dard parfaitement lisse, seul le point de piqûre est visible. Enfin, appliquez un pansement à l’alcool à 70 ° ou des glaçons qui auront un effet anti-inflammatoire et ainsi diminueront l’absorption et la diffusion du venin. N'hésitez pas à consulter un médecin si la réaction est intense, étendue, ou si la piqûre concerne le cou, le visage ou, bien entendu, l'intérieur de la gorge. Des corticoïdes et des antihistaminiques sont quelquefois indiqués. Une désensibilisation peut être proposée chez les sujets à risque ou exposés. De la même façon, si des nausées, maux de tête, palpitations ou difficultés respiratoires apparaissent, appelez un médecin sans hésitation.

Choc anaphylactique

Chez l'allergique, un choc anaphylactique peut survenir dans les minutes qui suivent la piqûre. Il se manifeste par un urticaire ou une rougeur généralisée, une sensation de chaleur, des frissons, un asthme, un œdème laryngé et, surtout, une forte sensation de malaise. Dans les cas d’urgence vitale, seule une injection intraveineuse d'adrénaline constitue le traitement à utiliser. Tout médecin généraliste est à même de la faire. Il peut également vous prescrire un kit d’adrénaline prêt à l’emploi que l'on peut s'auto-injecter si besoin.
 

 Sources

  • Docteur Éric Torres,
    médecin urgentiste à Marseille, rédacteur en chef adjoint de la revue « Urgence pratique »
  • L’Été de tous les dangers
    Le Généraliste, n°2.214 - juin 2002
  • Centre européen de prévention des risques 

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour mercredi 19 juillet 2017