Qu'est-ce que le stress ?

Qu'est-ce que le stress ?

Le terme « stress » désigne les moyens physiologiques et psychologiques mis en œuvre par une personne pour s'adapter à un événement donné. C'est une stratégie de défense contre une agression.

Positive en soi, cette stratégie, si elle est récurrente, peut épuiser les résistances physiques et mentales, perturber le comportement et provoquer des maladies. Par son intensité ou sa durée, il peut menacer la santé physique ou mentale.

Hans Selye a distingué trois stades du stress :

  • l’alarme (le corps se prépare à réagir), 
  • la résistance (l’organisme s'adapte à l’agression), 
  • l’épuisement (le stress persiste ou augmente).

Dans un premier temps, l’organisme subit une agression qui menace son équilibre, il se met alors en éveil, en état d’affronter la situation.
Dans un deuxième temps, si l’agression perdure, il met en place les ressources nécessaires pour y répondre. Au cours de ces deux premières phases, le stress est positif, au sens où il stimule et incite à se dépasser. C’est ce qui permet de faire face aux événements positifs ou négatifs de la vie.
Lorsqu’une personne est soumise à un stress intense ou continu, elle peut être à court de réserves, c’est alors que survient la phase d’épuisement et que le stress devient dangereux pour l’organisme.

Stress au travail

On parle de stress au travail quand une personne ressent un déséquilibre entre ce qu’on lui demande de faire et les ressources dont elle dispose pour y répondre. Conditions et relations de travail peuvent en être responsables : contact avec les patients, horaires variables, travail de nuit pour les uns, conciliation vie de famille-vie professionnelle et travail en flux tendu pour d’autres, etc.

Le stress peut alors avoir des conséquences sur la santé des travailleurs : il peut favoriser la survenue d’accidents du travail et de maladies professionnelles comme les troubles musculo-squelettiques par exemple.

Des manifestations très variées

Chaque personne réagit différemment au stress mais un certain nombre de manifestations peuvent être identifiées, des plus naturelles (comme l’accélération du rythme cardiaque) aux plus préoccupantes (dépression, comportements addictifs, etc.).

Ces manifestations peuvent être d’ordre :

  • physiologiques : accélération du rythme cardiaque, du rythme respiratoire, augmentation de la tension musculaire et/ou de la pression artérielle, transpiration inhabituelle (aisselles, front, mains), apparition de rougeurs (visage, cou) ou à l’opposé, pâleur inhabituelle, sensation de bouche sèche, de malaise, de vertige, de sensibilité augmentée au bruit ou à la lumière, maux d’estomac, etc. ; 
  • psychologiques : irritabilité, susceptibilité, tristesse, mélancolie, difficultés de concentration et de mémorisation, indécision, baisse de confiance en soi, démotivation, anxiété, dépression, etc. ; 
  • comportementales : attitudes d’inhibition (repli sur soi, isolement), difficultés dans les relations sociales, agressivité, agitation, hyperactivité, tics, troubles du comportement alimentaire, comportements addictifs ou compulsifs (consommation accrue de nourriture, de tabac, d’alcool, de médicaments, de café ou encore de drogues, etc.).   

 Sources

- Association canadienne pour la santé mentale
- Centre canadien d'hygiène et de sécurité au travail
- Agence de la santé publique du Canada

 

Auteur(s): La rédaction d'harmonie-prevention.fr - Mise à jour lundi 17 juillet 2017