Échographie : les grands rendez-vous pendant la grossesse

Échographie : les grands rendez-vous pendant la grossesse

Vous êtes enceinte. Dans 9 mois, bébé fera son apparition en pleine forme. En l'attendant, une surveillance régulière est indispensable. Gros plan sur les trois échographies essentielles pendant la grossesse.

La joie à la découverte de la grossesse est souvent suivie d’un sentiment d’angoisse chez de très nombreux futurs parents : " Mon enfant est-il normal ? Va-t-il bien ?". C’est tout l’intérêt du suivi de la grossesse qui comporte 7 consultations prénatales et 3 échographies (une par trimestre), prévues à des stades de développement bien spécifiques de bébé. Des échographies qui vont montrer la morphologie de l’enfant et guider les modalités de l’accouchement.

Des ultrasons sans danger

Rappelons que l’échographie consiste en l’émission d’ultrasons, indolores et sans danger pour la santé ou la grossesse. Un gel appliqué sur le ventre permet aux ultrasons de traverser la peau et d’améliorer la qualité des images qui se matérialisent sur l’écran. Dans l’échographie 3D, les images sont en trois dimensions et s’apparentent à des photographies, qui permettent de mieux visualiser l’enfant et certaines anomalies.

L’échographie à 12 semaines

La première échographie a lieu en général après 12 semaines d’absence de règles (aménorrhée). Elle permet de :

  • dater avec plus de précision le début de la grossesse,
  • déterminer le nombre d’embryons présents (grossesse unique ou multiple),
  • mesurer le fœtus,
  • visualiser sa morphologie et l’existence de certaines anomalies morphologiques ainsi que des anomalies de croissance au niveau du crâne ou des os longs.

En cas de doute sur une trisomie 21 qui est visible à l’échographie par un épaississement de la nuque, des analyses de sang (dosage de marqueurs spécifiques) sont nécessaires, voire une amniocentèse (analyse du liquide amniotique après ponction).

L’échographie à 22 semaines

La deuxième échographie, dite "morphologique", qui a donc lieu au deuxième trimestre permet :

  • d’analyser la croissance et la morphologie du fœtus de façon plus précise,
  • de confirmer les anomalies morphologiques suspectées lors du premier examen. Un peu plus de la moitié des malformations peuvent être observées à ce stade.

L’échographie à 32 semaines

Pratiquée en fin de grossesse, la dernière échographie permet de :

  • préciser la croissance fœtale,
  • visualiser la présentation de l’enfant dans l’utérus,
  • apprécier la quantité de liquide amniotique,
  • préciser l’emplacement du placenta afin d’anticiper la modalité de l’accouchement (accouchement possible par les voies naturelles ou indication d’une césarienne).

L’échographie endovaginale... parfois nécessaire

L’échographie n’est pas fiable à 100 %. Tout dépend de la qualité de l’appareil utilisé et notamment de la sonde, mais aussi de l’expérience du praticien. En cas de doute, il n’est pas rare que le gynécologue en charge d’une patiente l’adresse vers un spécialiste en échographie fœtale.

D’autres situations rendent difficile l’interprétation de l’échographie :

  • vessie vide ou trop pleine,
  • enfant remuant ou mal positionné devant la sonde échographique,
  • surcharge pondérale chez la maman.

D’où l’intérêt parfois de la réalisation d’une échographie dite "endovaginale" qui consiste à placer la sonde dans le vagin afin de diminuer la distance entre l’enfant et la sonde d’échographie.

Auteur(s): Dr Daniel Gloaguen, médecin urgentiste - Mise à jour jeudi 05 avril 2018

En savoir plus

Zoom sur ...

L'échographie pélvienne
Il existe trois techniques échographiques différentes permettant d’explorer la région pelvienne, c’est-à-dire le bas-ventre : l’échographie sus-pubienne, endo-vaginale et endo-rectale.
Explications