L’enfant et les écrans

L’enfant et les écrans

Ils sont nés après Internet, et savent manier tablettes et smartphones dès leur plus jeune âge. Et pourtant, ce n’est pas sans risque pour leur santé. Pour protéger vos enfants, mieux vaut limiter le temps qu’ils passent devant un écran.

Ordinateur, téléphone portable, tablette, console de jeu… Dans leur vie quotidienne, les enfants  côtoient beaucoup d’écrans. Pour autant, ces écrans ne sont à mettre entre toutes les mains les yeux fermés. En effet, de plus en plus d’études scientifiques mettent en garde contre certains risques liés à une durée d’utilisation trop importante : par exemple des problèmes de retard de langage et de concentration chez les plus jeunes, de sommeil chez les adolescents, et globalement un déficit d’activité physique.Pour aider les parents à encadrer l’utilisation des écrans par leurs enfants, l’Académie de médecine et l’Association Française de pédiatrie Ambulatoire ont récemment émis quelques conseils. Voici ce qu’il faut en retenir :

La règle des 3-6-9-12

  • Pas d’écran avant 3 ans. Ou du moins, les éviter le plus possible, et privilégier un usage interactif (activités d’éveil sur tablette par exemple) plutôt que passif (télévision
  • Pas de console de jeu avant 6 ans, l’enfant ne sachant pas encore lire, le type de jeux disponibles ne présente que peu d’intérêt éducatif.
  • Pas d’Internet avant 9 ans.
  • Pas d’Internet seul avant 12 ans.

Accompagner les enfants

Lorsqu’on est face à un écran, le temps passé s’oublie facilement ! Vous pouvez aider votre enfant en lui donnant des limites : par exemple avant 6 ans, pas plus d’une demi heure par jour, ou quatre heures par semaine. Certaines applications proposent ainsi un contrôle parental du temps d’exposition, avec un petit cadran qui s’affiche sur l’écran et permet à l’enfant de savoir combien de temps il lui reste.Mieux vaut ne pas laisser son enfant seul au départ, surtout lorsqu’il a accès à Internet. Entre 9 et 12 ans, il est important de le sensibiliser à quelques règles importantes : tout ce qu’on lit sur Internet n’est pas forcément vrai, tout ce que l’on met peut y rester éternellement et éventuellement être visible par n’importe qui. Cet accompagnement permet aussi d’éviter que l’enfant ne voie des images violentes, pornographiques, ou tout simplement qui ne lui sont pas destinées.

À chaque âge, son usage

Un système de pictogrammes à la télévision et sur les jeux vidéos permet aux parents de savoir quel contenu est adapté à quelle tranche d’âge. À la télévision, il s’agit de chiffres entourés de type " -10, -12, -16 ou -18 " qui indiquent que les programmes ne sont pas destinés à des enfants en dessous de ces âges-là. Pour les jeux vidéos, ce sont des pictogrammes colorés qui apparaissent sur l’emballage (devant ou derrière), de type " 3, 7, 12, 16 ou 18 " et qui indiquent à partir de quel âge le jeu est le plus adapté (en fonction du type de contenus et non de la difficulté ou des aptitudes requises).

Images 3D : à savoir

Par principe de précaution, l’Agence nationale de sécurités sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) recommande que les enfants de moins de 6 ans ne soient pas exposés aux écrans 3D (cinéma, télévision, consoles de jeux) car leur système visuel n’est pas encore tout à fait mâture. Pour autant, il n’existe à ce jour aucune certitude sur les risques éventuels.

Sources

Rapport de l’Académie de médecine sur " L’enfant et l’écran ", janvier 2013

Livre " 3-6-9-12 : Apprivoiser les écrans et grandir " du Dr Serge Tisseron, Éd. Eres, 2013.

Auteur(s): Emilie Gillet - Mise à jour mardi 28 février 2017