La grossesse en quelques maux

La grossesse en quelques maux

Somnolence, nausée, mal de dos ou jambes lourdes, de multiples petits maux surviennent bien souvent au cours des neuf mois de la grossesse. Le corps de la femme se métamorphose dans l'attente du nouveau-né. Des bouleversements vécus avec plus ou moins de bonheur.

Les premiers signes de la grossesse - nausées, tension dans les seins et somnolence - sont dus aux modifications hormonales. Passé le premier trimestre, les nausées s’atténuent mais d’autres troubles prennent le relais.

La fatigue

La fatigue arrive en tête des préoccupations des femmes enceintes. De plus, il n’est pas toujours facile de concilier travail et grossesse. Le Dr Pierre-Eugène Lhuillier, gynécologue-obstétricien résume : " Une des choses que l’on observe le plus, dès qu’il y a une charge de travail importante et un peu de déplacements, est une fatigue supplémentaire. Il y a des choses assez simples qui peuvent être envisagées :

  • s’aménager des plages de repos,
  • apprendre certaines postures,
  • se faire aider.

Il faut prévoir des aménagements et une réflexion sur son mode de vie. Parfois les femmes enceintes nous demandent des arrêts de travail " sauvages " qui sont simplement liés à de mauvaises conditions de travail. Outre un suivi régulier de la grossesse, nous conseillons de bien réfléchir en fonction de ce qu’elles ressentent et de ce qu’elles peuvent aménager ou pas. Elles doivent en discuter chez elles, avec leur employeur et leur médecin. Il ne faut pas attendre le point de rupture pour réfléchir à ces aménagements. "

Une digestion difficile

Contre les nausées, il est recommandé de manger avant le lever, puis de fractionner les repas afin que l’estomac ne reste pas vide trop longtemps. Certaines femmes souffrent :

  • de brûlures d’estomac,
  • de ballonnements,
  • de régurgitations,
  • de constipation.

D’une manière générale :

  • les repas trop lourds ou épicés,
  • les aliments acides (vinaigre, cornichons, citron…),
  • les excitants (café, thé…)
  • et les boissons gazeuses

sont déconseillés. Mieux vaut se désaltérer avec de l’eau.

Les problèmes de peau

La peau subit également l’assaut des hormones: masque de grossesse (taches brunes sur le visage, aggravées par le soleil), acné ou transpiration excessive. Ces petits soucis disparaissent après l’accouchement. En revanche, pour prévenir l’apparition de vergetures - ces stries rosées qui s’installent sur les seins, les cuisses ou le ventre particulièrement - il est conseillé de faire des massages cutanés quotidiens avec une crème grasse ou des huiles végétales (huile d’amande douce par exemple) pour stimuler la circulation cutanée. Malheureusement les vergetures apparues pendant la grossesse ne disparaissent pas. Il est déconseillé de les exposer au soleil. Il est toutefois possible d’en modifier l’aspect par microdermabrasion superficielle au laser. N’hésitez pas à demander l’avis d’un dermatologue.

Troubles veineux

Autre conséquence liée à la prise de poids, l’utérus dilaté bloque la circulation dans les jambes en pesant sur le bassin. Varices, jambes lourdes, œdèmes, fourmillements ou crampes se font alors sentir. Fuyez les sources de chaleur (chauffage, cire épilatoire, bain chaud ou soleil), les vêtements trop ajustés et les chaussures trop serrées. Soulagez les jambes en évitant la station debout prolongée et en les surélevant dès que possible.

Préserver son dos

La colonne vertébrale souffre également de ces transformations physiques. Pour calmer lombalgies et sciatiques, adoptez de préférence des chaussures plates ou à talon haut de 3 cm maximum et qui maintiennent le pied. Évitez de soulever des charges importantes. Pour les douleurs ligamentaires (les tiraillements dans l’aine) ou les contractions (si elles sont indolores et isolées), le repos reste le meilleur des remèdes. Cependant, une activité physique appropriée (gymnastique douce ou natation) aide à renforcer la musculature et à évacuer les tensions.

Le diabète gestationnel

Dans 6% des grossesses, un diabète de type II est dépisté. Certains facteurs de risques doivent alerter les futures mamans. Des facteurs personnels (surcharge pondérale, antécédents familiaux, âge supérieur à 35 ans, problèmes de dosage des glucides sous contraceptif) peuvent mettre la puce à l’oreille tout comme certains signes liés à la grossesse (prise de poids excessive, hypertension artérielle, grossesse gémellaire...).
Mais pas de panique, dans 80 % des cas de simples mesures diététiques suffisent à régler le problème. Il est conseillé de consommer plus de fibres, moins de sucre et de graisses. De plus, comme pour les autres cas de diabète de type Il, la pratique d’un exercice physique modéré sous contrôle médical et sans danger pour la grossesse peut améliorer la situation. Attention, si tout rentre dans l’ordre après l’accouchement, vous devez rester sur vos gardes : le diabète gestationnel est un signal d’alerte à ne pas négliger et à surveiller.

Sources

L’alimentation de la femme pendant la grossesse, Fiche action n°6, INPES, mai 2010.
Dr Pierre-Eugène Lhuillier, gynécologue et obstétricien,
Dr Alexandra Trie, service gynécologie-obstétrique de l’hôpital Saint-Antoine à Paris 

Vidéos

Grossesse et activités physiques

Grossesse et activités physiques

Auteur(s): Anne-Sophie Prévost - Mise à jour mardi 21 février 2017